Impact

Rod Fanni tombe sous le charme de Montréal

Publié | Mis à jour

Si les partisans de l’Impact ont été soulagés d’apprendre que Rod Fanni terminera la saison avec le Bleu-blanc-noir, le défenseur central français est tout aussi heureux du dénouement.

«Je me sens très bien, j’ai été accueilli chaleureusement par les partisans et par mes partenaires. On est comme des frères», a confié le vétéran de 36 ans jeudi matin.

Fanni ne devait être qu’une roue de secours, ayant été embauché en vitesse après la rupture du tendon d’Achille subie par Zakaria Diallo quelques jours avant le début de la saison.

Mais l’ancien pensionnaire de l’Olympique de Marseille est vite devenu le général de l’unité défensive de l’Impact, qui est complètement transfigurée depuis quelques matchs, surtout depuis qu’il est jumelé à Rudy Camacho.

Stabilité

Si on a tant tardé à officialiser la prolongation du contrat qui prenait fin le 30 juin, c’est parce que Fanni était à la recherche d’un minimum d’assurance.

«J’avais à cœur de m’inscrire dans un projet plutôt que dans un intérim de six mois supplémentaires. Je visais peut-être un an ou un an et demi, mais les dirigeants en ont décidé autrement, c’est quand même une bonne chose de prolonger.»

Fanni estime qu’il doit maintenant profiter des six prochains mois pour prouver sa valeur. C’est une bonne chose, car Rémi Garde ne détesterait pas le voir revenir l’an prochain, l’équipe détenant une option pour la saison 2019.

«Je l’ai dit à Rod, pour moi il n’y a pas une limite dans le temps qui s’arrêterait à la fin de la saison», a insisté l’entraîneur-chef.

«C’est très important pour moi de savoir que Rod a envie de rester plus longtemps. Il faut aussi, du côté du club, rester raisonnable et voir ce qui va se passer dans les prochains mois.»

Priorité

Même si Fanni a reçu des offres provenant d’Europe, il a clairement indiqué que sa priorité était de rester à Montréal avec sa famille.

«J’avais d’autres options, mais ma priorité était de rester ici, a-t-il assuré. Je cherchais une stabilité, je pensais aussi à ma famille, mais j’aime le projet sportif et ça pesait dans la balance. Je pense avoir fait le bon choix.»

Le Français est vraiment tombé sous le charme de la métropole et de ses habitants. Ça, c’est un autre aspect qui a pesé dans sa décision.

«J’aime surtout les gens parce que ce n’est pas partout comme ça. Ils sont plutôt accueillants et chaleureux. Même que des fois, on a l’impression qu’ils le sont trop.»

«On n’a pas l’habitude en France, on est un peu plus détachés, mais au contraire, moi, ça me plaît bien parce que j’aime bien le contact avec les gens.»

S’il continue de jouer de la même façon tout au long de la saison, son fan-club va continuer de s’élargir et il comptera sur davantage de nouveaux amis à Montréal.

Congestion en défense

Le retour de Rod Fanni est bon pour l’Impact, mais il signifie qu’il y aura une congestion en défense centrale d’ici quelques semaines.

Pour le moment, pas de problème puisque l’unité défensive repose principalement sur Fanni et Rudy Camacho. Mais il ne faut pas oublier Victor Cabrera. Et bientôt, Kyle Fisher et Zakaria Diallo reviendront de blessure. La situation devrait permettre à Rémi Garde d’aborder patiemment le retour de ses deux blessés.

«Moi, je peux être patient, mais il y a souvent beaucoup d’impatience chez les joueurs», a-t-il rappelé un peu à la blague.

Chemin du retour

Garde a rappelé que les blessures subies par Fisher (fracture de stress au tibia) et Diallo (rupture du tendon d’Achille) ont miné le début de saison de l’équipe.

«On a appris la gravité de la blessure de Kyle assez tardivement et Zakaria s’est blessé la dernière semaine avant le début de la saison. Ç’a été difficile à gérer. Je crois que ç’a fait partie des sujets qui nous ont plombés pendant plusieurs mois.»

Il y a enfin de la lumière au bout du tunnel pour Fisher et Diallo. Le premier a connu une très bonne saison 2017 avant de se blesser et le second offrait de belles promesses lors du camp d’entraînement.

«Kyle est un peu plus en avance que Zakaria, a soutenu Garde. Il s’entraîne depuis une dizaine de jours et il va avoir besoin encore d’une ou deux semaines d’entraînement avant qu’on puisse penser à l’aligner pour la compétition. Dans le cas de Zakaria, c’est plus trois ou quatre semaines.»

Rémi Garde devra maintenant gérer son personnel avec la congestion qui s’annonce en raison du retour de ses deux défenseurs.

«Il va y avoir une sorte d’embouteillage dans l’effectif, a-t-il convenu. Je vais essayer de gérer du mieux possible en respectant tout le monde.»

On peut toutefois dire que le surplus de défenseurs ne sera pas un luxe dans les prochaines semaines puisque le mois de juillet est pour le moins chargé.

«Dans les 21 prochains jours, on a sept matchs, ça me laisse pas mal de possibilités pour concerner tout le monde», a avancé Garde.

Des rumeurs lient l’Impact et le milieu offensif français Hatem Ben Arfa et Rémi Garde a déjà mentionné qu’il était le bienvenu dans son club. «Il est toujours le bienvenu, mais il n’y a pas eu de contact ces dernières semaines», a confié l’entraîneur jeudi matin.