Crédit : Sébastien St-Jean / Agence QMI

Boxe

Artur Beterbiev sur les rails

Artur Beterbiev sur les rails

Bernard Barré

Publié 04 juillet
Mis à jour 04 juillet

Le nouveau champion du monde des mi-lourds, Artur Beterbiev (12-0-0,12 K.-O.) procédera à une première défense de son titre, le 6 octobre prochain, à New York ou Chicago.

Beterbiev est un boxeur au talent exceptionnel. Il a connu une grande carrière en boxe olympique, ayant été champion du monde, champion de la Coupe du monde, champion d’Europe à deux reprises, tout en participant aux Jeux olympiques de Pékin (2008) ainsi qu'à ceux de Londres (2012). Il devrait commencer en toute logique un long règne avec la couronne mondiale à sa taille.

Pourquoi? Beterbiev est doté d’un talent indéniable et d’une puissance remarquable. Ses adversaires, tout comme ce que les anciens champions du monde Tavoris Cloud et Gabriel Campillo ont vécu, risquent de s’écrouler sous ses coups de marteau d’une précision chirurgicale. J’ai été à même de constater cet élément en travaillant avec lui sur les mitaines d’entraîneur lors de son arrivée au Canada. Je n'ai jamais vu un boxeur avec un radar semblable au bout du poing. Et j’en ai passé plusieurs durant toutes ces années dans un gymnase. Je n’en revenais pas et les creux de mes mains étaient chauffés à blanc. Donc, pas de gaspillage d’énergie lors d’un combat à frapper sur les bras ou les gants de ses opposants.

Pour ce qui est de son encadrement, il n'y a aucun doute que l’équipe expérimentée de Marc Ramsay lui apporte la compétence pour une préparation optimale et un plan stratégique tout à fait approprié à la complexité du défi.

En arrivant à une entente avec le grand manitou anglais de Matchroom Boxing Promotion, Eddie Hearn, son promoteur Yvon Michel s’est assuré de lui avoir une bourse plus qu’intéressante et satisfaisante. L’essentiel réglé à son grand bonheur, il peut maintenant se concentrer sur celui qui veut lui subtiliser sa précieuse ceinture.

L’Écossais Callum Johnson (17-0-0,12 K.-O.) est convaincu d’avoir ce qu’il faut pour faire la première tache sur la fiche vierge du Russe-Montréalais. Champion du Commonwealth chez les amateurs en 2010 et détenteur de la ceinture chez les professionnels, Johnson aura intérêt à éviter le «punch» vicieux du nouveau champion. C’est la grâce qu’on lui souhaite... mais pas tant que ça.