Impact

Quand la défense va, tout va

Quand la défense va, tout va

Vincent Destouches

Publié 02 juillet
Mis à jour 02 juillet

Il y a une constante dans les victoires montréalaises cette saison : l’étanchéité de la défense. L’Impact a blanchi ses adversaires lors de six de ses sept succès. De là à dire que c’est la clé des bonnes fortunes du club, il n’y a qu’un pas.

La preuve en chiffres : jusqu’au 31 mai, l’Impact était la pire défense de la MLS (29 buts encaissés) et pointait au 20e rang du classement général, avec neuf points. Mais, depuis le 1er juin, le club affiche la meilleure défense de la ligue (2 buts encaissés) et... constitue la meilleure équipe, tout simplement (12 points sur une possibilité de 15).

Coïncidence? Évidemment que non.

Cela n’est pas arrivé par magie. D’une part, le personnel d’entraîneurs est maintenant doté d’une meilleure connaissance de l’effectif et du circuit. Rien de révolutionnaire sur le terrain, mais le bloc d'équipe, très bien en place, ne laisse pas grand-chose aux équipes adverses. Pour l’instant, ça suffit aux Montréalais.

Aussi et surtout, tout le monde semble en donner un peu plus. À l’image de Rudy Camacho, plus agressif que jamais. Le Français, tout comme Saphir Taïder, Alejandro Silva ou encore Daniel Lovitz, connaît ses meilleurs moments de la campagne, et ce n’est pas un hasard si c’est le cas aussi pour l’Impact.

Dans une saison, tout le monde doit apporter sa pierre à l’édifice. C’était d’autant plus essentiel au Bleu-Blanc-Noir, car la ligue entière connaît par cœur le One-Nacho-Show en tournée depuis plusieurs saisons.

Le test ultime

Outre l’issue favorable dans le dossier Rod Fanni, la bonne nouvelle du week-end est que la dernière victoire de l’Impact a dissipé les doutes sur les capacités de cette équipe, tout en témoignant de sa montée en puissance.

Reste à voir comment elle se comportera quand l’adversité sera plus forte. Je ne parle pas ici du pedigree du rival, car le Sporting Kansas City était tout de même deuxième au classement général, mais bien de situation de match.

Cette saison, le club montréalais a une fiche de 0-9-0 lorsqu’il concède le premier but. Ce n’est pas arrivé souvent dernièrement, mais ce n’est qu’une question de temps. Quel effet la perspective de la défaite aura sur cette équipe en pleine confiance ? À quel point croit-elle maintenant en elle-même ?

Quoi qu’il advienne, l’Impact est revenu de plain-pied dans la course aux séries, alors qu’il semblait sur le point d’exploser de l’interne voilà quelques semaines. Comme disait un grand philosophe, la victoire sur soi est la plus grande des victoires !

Par ailleurs, je ne sais pas si un philosophe s’est prononcé sur le sujet, mais je pense qu’on peut également dire, pour ceux qui en doutaient, que rien n’est impossible en MLS...