Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Boxe

La Cour supérieure donne gain de cause à Artur Beterbiev

Publié | Mis à jour

Une juge de la Cour supérieure a donné raison au boxeur Artur Beterbiev dans son litige l’opposant à son ancienne gérante Anna Reva.

Le pugiliste contestait la validité du contrat de gérance en raison de sa durée de huit ans.

Associé à Mme Reva dès son arrivée en sol québécois, le pugiliste l’a mise en demeure le 21 avril 2015. L’entente avait été paraphée le 1er avril 2013.

Dans sa requête, Beterbiev indiquait qu’il considérait le contrat comme étant nul puisque le règlement sur les sports de combat de la Régie des alcools, des courses et des jeux en vigueur limitait ce type d’association à une durée maximale de trois ans.

Dans sa décision, le juge André Prévost au pays a déclaré «comme étant nulle la durée de huit ans prévue au contrat de gérance» et lui a substitué «une durée de trois ans».

Par ailleurs, il a condamné Artur Beterbiev à payer 86 026 $ à Mme Reva à titre de commission pour son combat contre Gabriel Campillo, le 4 avril 2015.

Le boxeur d'origine tchétchène est maintenant représenté par Al Haymon.

Rappelons que Beterbiev a également été impliqué dans un litige avec le Groupe Yvon Michel (GYM), voulant mettre fin à son contrat avec le promoteur.

La Cour supérieure du Québec a toutefois donné raison à GYM, il y a quelques semaines.