Crédit : John Major / Agence QMI

LNH

Sénateurs: Eugene Melnyk refuse une offre d’achat

Publié | Mis à jour

Le propriétaire des Sénateurs d’Ottawa, Eugene Melnyk, aurait reçu une offre d’achat pour sa concession, qu’il a refusée, sans toutefois mettre un terme aux pourparlers, a révélé le site du magazine «The Fourth Period» (TFP), jeudi.

Une source impliquée dans le dossier aurait mentionné à TFP que le groupe en question pourrait être mené par l’homme d’affaires et cofondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté.

Il n’est pas clair s’il est l’investisseur principal du groupe ou s’il est simplement un membre parmi tant d’autres. Toujours est-il que ce n’est pas la première fois que le nom du Québécois revient dans les rumeurs de vente des Sénateurs.

Pas à vendre

L’offre aurait été considérée par le clan Melnyk, qui se serait montré ouvert à poursuivre les pourparlers. Le propriétaire des Sénateurs a démenti avec véhémence à plusieurs sources ces allégations, jeudi, tout comme le commissaire adjoint de la Ligue nationale de hockey (LNH), Bill Daly.

Ce dernier a toutefois confirmé qu’une offre avait bel et bien été faite, mais que les Sénateurs n’étaient pas à vendre.

«Eugene n’a aucun intérêt à vendre les Sénateurs, a-t-il mentionné par courriel. Des offres d’achat sont souvent faites aux équipes de la LNH. Ça ne veut rien dire.»

À noter qu’aucune information quant à un déménagement n’a été avancée. L’offre faite par le groupe anonyme serait vraisemblablement dans le but de garder l’équipe dans la capitale fédérale.

L’équipe de M. Laliberté n’a pas désiré commenter lorsque jointe par «Le Journal de Québec».

Mercredi, les Sénateurs ont complété un plan de refinancement de la dette de l’équipe sur six ans, d’une valeur de 135 millions $.

En eaux troubles

Décidément, les Sénateurs trouvent des moyens de faire les manchettes avec régularité depuis quelques semaines.

Le conflit impliquant les conjointes d’Erik Karlsson et de Mike Hoffman a fait couler beaucoup d’encre récemment et a mené à la transaction ayant envoyé Hoffman aux Sharks de San Jose, puis aux Panthers de la Floride.

Le directeur général adjoint de l’équipe, Randy Lee, s’est également retrouvé dans l’actualité pour les mauvaises raisons. Il fait face à deux accusations de harcèlement en lien avec des événements qui seraient survenus en marge du «Combine» de la LNH à Buffalo.

Lee aurait tenu des propos déplacés et à caractère sexuel à l’endroit d’un conducteur d’autobus d’âge mineur.