Olivier Rodrigue et son père, Sylvain.

Crédit : Twitter Oilers d'Edmonton

Repêchage LNH

Sylvain et Olivier Rodrigue : un duo père et fils à Edmonton

Publié | Mis à jour

Sylvain Rodrigue, le père du gardien Olivier Rodrigue, a toujours tenu à ne pas mêler son rôle de paternel à celui d’entraîneur des gardiens avec les Oilers d’Edmonton. Les choses changeront inévitablement dans les prochaines semaines, puisqu’Olivier a été sélectionné par ces mêmes Oilers samedi matin, en deuxième ronde du repêchage de la LNH.

Edmonton a effectué une transaction avec le Canadien de Montréal pour s’assurer de réclamer le gardien des Voltigeurs de Drummondville au 62e rang.

Le scénario semblait pourtant un peu invraisemblable. Lors du dernier Combine de la LNH, à Buffalo, le jeune Rodrigue avait mentionné ne pas s’attendre à être choisi par les Oilers, qui comptent déjà sur plusieurs jeunes gardiens de but, dont Dylan Wells et Stuart Skinner. Ils ont également acquis les droits d’Hayden Hawkey du Canadien, dimanche, en retour d’un choix de cinquième ronde en 2019.

«Honnêtement, je ne pensais pas que je serais sélectionné par les Oilers. Je connais plusieurs jeunes gardiens de leur organisation. C’est spécial et ça fait chaud au cœur qu’ils aient fait un échange pour aller me chercher. Ça va être différent de travailler avec mon père, mais ça va amener des bonnes choses, je pense.»

Relation différente

Même s’il dit avoir «allumé» en voyant que les Oilers s’avançaient au rang du Canadien de Montréal, Sylvain Rodrigue a appris en même temps que son fils que celui-ci avait été choisi par l’équipe pour laquelle il travaille.

D’ailleurs, il assure ne pas avoir fait de représentations auprès des Oilers afin qu’ils choisissent son fils. Comme il l’a toujours fait dans les années précédentes, le paternel a laissé Olivier suivre sa propre voie. «J’y avais pensé, je ne suis pas fou. L’autre entraîneur des gardiens, Dustin Schwartz, l’aime beaucoup et l’organisation aussi. Ils m’avaient dit qu’il avait été très bon en entrevue et au Combine aussi», a-t-il mentionné.

Inévitablement, Sylvain Rodrigue n’aura plus le choix de s’immiscer davantage dans la carrière de son fils. Son rôle de consultant au développement des gardiens avec les Oilers fera en sorte qu’il sera responsable du développement de son propre fils.

«On devra trouver où est-ce qu’on coupe. Je reste son père et un être humain, et il est important pour un jeune d’avoir l’appui de sa famille pendant son développement. Quand on sera à la patinoire, toutefois, j’aurai un job à faire.»

Le fils ne voit d’ailleurs aucun inconvénient à travailler avec son père. «Je sais qu’il va m’aider à devenir un meilleur gardien. Je suis très heureux d’avoir la chance de travailler avec.»

Quatre autres gardiens sélectionnés

Rodrigue n’a pas été le seul gardien de la LHJMQ à trouver preneur samedi dernier. Quatre autres gardiens du circuit Courteau ont enfilé un chandail de la LNH.

Kevin Mandolese (Ottawa), Alexis Gravel (Chicago) et Zacharie Émond (San Jose) ont trouvé preneurs au sixième tour, tandis que le gardien des Saguenéens de Chicoutimi, Zachary Bouthillier, est devenu la propriété des Maple Leafs de Toronto en septième ronde.

Fortier veut s’inspirer de Gourde à Tampa Bay

Parmi les équipes qui n’ont pas eu peur de faire confiance au talent québécois au cours des dernières années, le Lightning de Tampa Bay se situe dans les premières. Encore samedi, la formation floridienne a pigé au Québec en sélectionnant Gabriel Fortier à la fin de la deuxième ronde.

À peine repêché, l’attaquant du Drakkar de Baie-Comeau savait déjà qu’il pourrait compter sur des mentors à Tampa.

C’est que Fortier n’est pas le plus gros – il mesure 5 pi 10 po et pèse 170 lb –, mais il se démarque par son ardeur au travail. Un peu à l’image de certains joueurs évoluant avec le Lightning en ce moment.

«C’est une organisation qui compte sur plusieurs joueurs québécois, mais aussi des joueurs de petit gabarit qui travaillent très fort. Je pense que c’est un peu mon style. Le mariage est parfait.

«Tyler Johnson et Yanni Gourde sont des joueurs talentueux qui travaillent fort. Je dois améliorer certains aspects de mon jeu avant d’être à leur niveau, mais ce sont deux excellents exemples.»

Discussions avec Boucher

Fortier n’a pas été complètement pris par surprise lorsqu’il a entendu son nom être prononcé par le Lightning.

Il avait eu une bonne discussion avec le recruteur au Québec pour la formation floridienne, Michel Boucher, en cours de saison, ainsi que lors du Combine.

Ce dernier lui avait d’ailleurs envoyé quelques textos au cours des derniers jours afin de lui réitérer l’intérêt qu’ils avaient pour lui.

«Tu ne sais jamais ce qui peut arriver, mais je m’y attendais un peu», a-t-il mentionné.

Le coéquipier de Fortier avec le Drakkar de Baie-Comeau, Xavier Bouchard, a quant à lui été sélectionné par les Golden Knights de Vegas en sixième ronde.

De son côté, Philipp Kurashev, des Remparts de Québec, a été sélectionné par les Blackhawks de Chicago en quatrième ronde.