Canadiens

Jesperi Kotkaniemi, l'élu

Publié | Mis à jour

Désireux d’améliorer sa ligne du centre depuis des lunes, le Canadien a pris les grands moyens pour y arriver. Pour la deuxième année de suite, Marc Bergevin a profité de son premier droit de parole pour sélectionner un espoir prometteur à cette position.

Un an après Ryan Poehling, c’est Jesperi Kotkaniemi qui est monté sur la scène pour enfiler le chandail du Tricolore, entouré de Bergevin, de Trevor Timmins et de plusieurs membres de l’état-major de l’équipe.

«Je savais que le Canadien était à la recherche de joueurs de centre, alors j’espérais qu’il me choisisse. Je suis très excité», a indiqué Kotkaniemi à son tout premier bain médiatique.

Classé au sixième rang des patineurs européens par la centrale de recrutement de la LNH, Kotkaniemi est un athlète de 6 pieds, 2 pouces, et 181 livres.

Avec les hommes

À 17 ans, il a récolté 29 points, dont 10 buts, en 57 rencontres avec la formation d’Assat dans la Ligue élite de Finlande, une ligue d’hommes.

«Je suis un fabricant de jeu avant tout, mais j’ai également un bon tir. Je devrais l’utiliser davantage, a-t-il analysé. Je suis un gros bonhomme, j’aime bien aller dans les coins et batailler [pour la rondelle].»

Le contrat de Kotkaniemi avec Assat est valide pour deux autres saisons, mais il a assuré qu’il pouvait y mettre un terme au moment voulu.

De toute façon, il serait surprenant qu’il fasse le saut avec le grand club au cours des deux prochaines campagnes.

«Je suis sans mot» -Kotkaniemi - TVA Sports

Un centre à l’aile

Fait inusité, il a été utilisé presque exclusivement à l’aile par son entraîneur qui est également son père.

«J’étais le plus jeune centre de l’équipe. On a plusieurs joueurs à cette position. C’est la raison pour laquelle il m’utilisait à l’aile, a-t-il expliqué. Je n’ai pas vu ça d’un mauvais œil. C’est bien de savoir jouer à plusieurs positions.»

Au cours des deux dernières campagnes, il a représenté son pays au Championnat du monde des moins de 18 ans, raflant une médaille d’or et une médaille d’argent... en tant que joueur de centre.

Selon plusieurs, c’est sa performance à ce dernier tournoi qui lui a permis de grimper dans les classements au cours des dernières semaines.

«Lorsqu’une équipe joue bien, ses joueurs paraissent mieux», a lancé le jeune homme affichant une belle maturité.

Avant Zadina

Malgré les besoins criants du Canadien à cette position névralgique, la sélection du Finlandais au troisième rang a surpris quelques acteurs impliqués de près dans ce repêchage.

Contacté plus tôt cette semaine, un recruteur de l’association de l’Ouest ne pouvait concevoir que le Canadien prendrait un risque avec lui.

«Je ne vois pas comment Montréal pourrait le sortir au troisième rang. Il est bon, mais je ne le choisirais pas avant [Filip] Zadina qui connaît déjà le hockey en Amérique du Nord.»

Un autre, toutefois, avait bien lu le jeu de Bergevin.

«C’est un très bon centre. Le Canadien l’aime beaucoup, mais je ne sais pas s’il osera», avait déclaré celui-ci, prédisant également que Zadina enfilerait la casquette du Canadien.

Le Canadien n’est pas la seule organisation à avoir levé le nez sur l’attaquant des Mooseheads d’Halifax. Les Sénateurs et les Coyotes se sont également tournés vers les attaquants Brady Tkachuk et Barrett Hayton avant que les Red Wings appellent son nom au sixième rang.