HKO-HKN-SPO-2018-NHL-DRAFT---TOP-PROSPECTS-CLINIC

Photo : Filip Zadina à la clinique de hockey des meilleurs espoirs du repêchage 2018, jeudi à Dallas. Crédit : AFP

Repêchage LNH

Zadina et les Canadiens : il y a de l'amour dans l'air...

Agence QMI / Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

Que ce soit pour mêler les cartes ou non, Trevor Timmins y est allé d’un vibrant plaidoyer en faveur de Filip Zadina. Une déclaration d’amour qui n’a pas tardé à recevoir une réponse.

À un collègue de Vancouver, curieux de savoir s’il se plairait avec les Canucks, Zadina a totalement dévié des clichés habituels.

«Ce serait bien. C’est une belle ville et une belle concession, mais je préférerais jouer pour le Canadien ou au sein d’une équipe pratiquant un style de jeu similaire», a lancé le Tchèque de 18 ans, rendu disponible aux médias en compagnie de six autres espoirs.

Est-ce vraiment le style du Canadien qui plaît à l’ailier droit ou le fait que Marc Bergevin et Trevor Timmins grimperont sur le podium tout juste après les Sabres et les Hurricanes au repêchage 2018 à Dallas ?

Être le premier joueur sélectionné après Rasmus Dahlin et Andrei Svechnikov, voilà qui sonne beaucoup mieux que de devoir patienter jusqu’au septième échelon, rang de sélection des Canucks.

«J’aimerais bien entendre mon nom au troisième rang, mais ça ne me dérangerait pas d’être le quatrième ou le cinquième choix. Je veux simplement faire partie d’une équipe à laquelle je pourrai bien m’intégrer», a-t-il indiqué.

Avec Jagr et Plekanec

Cela dit, Zadina et le Canadien se sont rencontrés à trois reprises depuis la fin de la saison. On ne rencontre pas un prétendant à trois reprises sans avoir des intentions sérieuses.

«J’ai un très bon sentiment pour Montréal. Ce sont des gens très bien, spécialement M. Timmins. Je lui ai parlé beaucoup lors de mon souper avec eux», a soutenu Zadina, également invité par les Sénateurs.

Pour le produit des Mooseheads d’Halifax, le premier contact avec le Canadien remonte à une dizaine d’années, lors d’une clinique de hockey où il avait eu la chance de patiner en compagnie de deux vedettes de la République tchèque.

«C’était à Prague. Je m’en souviens très bien. Je devais avoir sept ans. Jaromir Jagr et Tomas Plekanec étaient sur place. Pour nous, ils étaient les meilleurs joueurs», s’est souvenu l’athlète originaire de Pardubice.

De l’expérience au centre

Par ailleurs, on dit de Brady Tkachuk qu’il est possiblement le joueur le plus déterminé de cette cuvée. À un moment où il est beaucoup question d’attitude et de caractère chez le Canadien, la sélection de l’Américain serait logique.

Son principal handicap : il ne joue pas au centre. Apparemment.

«J’ai grandi en jouant au centre, a-t-il rapidement corrigé. Même si je n’ai pas joué là au cours des deux dernières saisons, je suis habitué à cette position.»

D’accord, mais ne dit-on pas (du moins de l’avis de Bergevin) que la position de centre est la plus difficile à apprendre ?

«Toutes les positions sont difficiles à apprendre, mais j’ai une bonne base. J’ai une bonne idée de ce que ça implique», a déclaré le fils de Keith et le frère de Matthew.

«Je suis un des joueurs les plus travaillants sur la glace. Je suis très compétitif et mon désir de m’améliorer, peu importe la position, est très élevé. S’ils veulent que je joue au centre, je travaillerai là-dessus et je m’améliorerai avec le temps», a-t-il ajouté.