SPO-GRAND DÉFI PIERRE LAVOIE

Crédit : ROGER GAGNON/AGENCE QMI

Cyclisme

Grand défi Pierre Lavoie: c'est un départ!

Publié | Mis à jour

Le départ de la 10e édition du Grand défi Pierre Lavoie (GDPL) a été donné sur le coup de 13 h jeudi à La Baie. Les participants ont pris d’assaut la route qui les mènera à Montréal d’ici dimanche en prenant d’abord la direction de L’Anse-Saint-Jean, au Saguenay.

Les 1075 cyclistes inscrits à l’épreuve du 1000 km passeront ainsi par le village natal du fondateur de l’épreuve Pierre Lavoie lors de la première étape. Ils complèteront la première journée en se rendant à Jonquière, puis à Mastheuiatsh au Lac-Saint-Jean en soirée.

Le coup d’envoi a été donné sous la pluie et le vent, mais rien pour refroidir les ardeurs des cyclistes.

«C’est une fierté pour le 10e anniversaire. On le voulait différent, on le voulait plus grand, on le voulait plus difficile. On va affronter des vents contraires pour se rendre à mon village natal, mais je dis toujours que l’inconfort nous rend plus forts», a lancé Pierre Lavoie quelques instants avant d’enfourcher son vélo.

Dès demain, le peloton complètera le tour du Lac-Saint-Jean avant de se mettre en route en pleine nuit en direction de Québec.

Samedi, les coureurs du 1000 km rejoindront 6000 autres cyclistes pour la Boucle Vidéotron de 135 km qui se déroulera à Lévis. L’arrivée des coureurs est prévue dimanche au Stade olympique à Montréal.

Gratin politique

Le premier ministre Justin Trudeau et sa femme Sophie Grégoire-Trudeau étaient présents jeudi midi pour souhaiter bonne chance aux coureurs.

Le chef libéral était aussi de passage à Saguenay pour soutenir sa candidate en vue de l’élection partielle qui aura lieu lundi prochain dans le comté de Chicoutimi Le-Fjord.

Le chef conservateur Andrew Scheer était également de la partie, de même que Mario Beaulieu du Bloc québécois.

Jagmeet Singh du NPD devait aussi faire acte de présence, mais a été victime d’un contretemps.

Plus tôt jeudi matin, les coureurs ont eu droit à un mot d’encouragement de nul autre que Bono. Le chanteur de U2 avait enregistré un message à l’intention des coureurs dans lequel il cite les paroles de sa célèbre chanson Where the streets have no name, devenue avec le temps l’hymne du GDPL.