Crédit : Eric Bolte-USA TODAY Sports

Impact

Gagner au bon moment

Publié | Mis à jour

La victoire de 3 à 0 de l’Impact contre Orlando mercredi soir ne pouvait arriver à un meilleur moment, autant par son timing que par sa manière.

Pour commencer, elle permet au Bleu-Blanc-Noir de se rapprocher à quatre points d’Orlando et de la 6e position dans l’Est, alors que les deux équipes se retrouveront en Floride dans huit jours.

Au moment où on pensait la saison pliée, la troupe de Rémi Garde commence à sortir la tête de l’eau en enchaînant des prestations plus intéressantes.

Parce qu’en effet, on a vu une performance aboutie comme rarement on en a vu cette saison.

Débloquer

Coïncidence ou pas, c’était la première fois depuis le 5 mai que l’Impact marquait plus d’un but dans un match. C’était aussi la première fois depuis la même date qu’Ignacio Piatti participait à un but, lui qui a inscrit un doublé.

Entre ces deux rencontres, il y a eu six matchs au cours desquels l’Impact n’a marqué qu’un seul but et a été blanchi à cinq reprises.

Outre la malchance à Dallas, l’Impact présente un bien meilleur visage depuis trois matchs.

Pour preuve, il en a remporté deux par jeu blanc, ce qui permet de constater que le boulot défensif est nettement mieux accompli.

La force de Fanni

Un joueur ne fait pas une équipe, mais si le jeu défensif est aussi efficace, c’est que Rod Fanni, en bon vétéran, s’est élevé au-dessus de la mêlée.

Mercredi soir, il a été impérial et n’a fait qu’une bouchée de Dom Dwyer, l’un des attaquants les plus dérangeants de la MLS.

«Le titre de joueur du match revient rarement à un arrière central, et pour moi, Rod a été le joueur du match. Je crois aussi que Rudy [Camacho] a été fantastique», a souligné Evan Bush.

Le contrat de Fanni vient à échéance dans deux semaines et même s’il cadre plus ou moins dans un effectif en rajeunissement en raison de ses 36 ans, l’Impact doit le conserver d’ici la fin de la saison parce que son calme, son expérience et sa sérénité profitent à l’ensemble du groupe.

En progression

D’ailleurs, Samuel Piette a avoué qu’il était impressionné par l’énergie déployée par son coéquipier.

«C’est un gros bonhomme et il gère très bien les ballons. Malgré son âge, il est très rapide et il me surprend chaque fois. Il apporte une assurance à la charnière centrale.»

À côté de Fanni, Rudy Camacho trouve de plus en plus ses repères dans la MLS après des débuts peu convaincants.

L’arrière français de 27 ans a été calme, juste dans ses relances et efficace contre Dwyer. On peut à peine lui reprocher un ballon aérien mal jugé, sans plus.

Propos inquiétants

Après le match, Ignacio Piatti a réagi pour la première fois aux propos du président, Joey Saputo, qui s’était questionné sur les ondes du 98,5 s’il valait mieux avoir un joueur à 6 M$ ou trois joueurs à 2 M$.

«Il n’y a pas de problème pour moi. Je fais mon travail sur le terrain. Ça faisait peut-être beaucoup de matchs que je voulais mieux jouer, mais ça ne sortait pas. Ce n’était pas seulement moi, mais toute l’équipe. Il faut améliorer tout ça, mais moi je suis tranquille», a lancé Nacho.

Voilà qui soulève des doutes sur ses intentions à court terme, même s’il a toujours affirmé être heureux à Montréal. Et il n’y a aucune raison d’en douter.

La balle est maintenant dans le camp de Saputo. Rappelons que l’été dernier, Piatti avait aussi fait quelques déclarations-chocs quant à son avenir, et les choses étaient rentrées dans l’ordre. Il faut désormais espérer que le lien de confiance ne soit pas rompu entre le joueur étoile et le président.