Boxe

Adam Braidwood: la méthode Melanie Lubovac

Publié | Mis à jour

Ce n’est pas toujours facile de faire sa place dans le monde de la boxe lorsqu’on est une femme. On peut en parler à la promotrice d’Adam Braidwood, Melanie Lubovac.

Elle a eu besoin de plusieurs années pour se bâtir une crédibilité solide dans le noble art.

«Ce fut difficile à mes débuts, a souligné Lubovac lors d’une entrevue avec Le Journal de Montréal. Tranquillement, j’ai fait mes marques. Un moment donné, les gens du milieu se sont rendu compte que je savais ce que je faisais.

«Plusieurs personnes ne me prenaient pas au sérieux en raison de la présence de mon père qui est entraîneur. Au fil du temps, j’ai pu me détacher de cette étiquette.»

La femme la plus reconnue dans le milieu de la boxe est Kathy Duva. La patronne de Main Events a prouvé à maintes reprises qu’elle était une négociatrice féroce avec les meilleurs promoteurs au monde.

«Je n’ai jamais vraiment suivi ce qu’elle réalisait, a souligné Lubovac. Je fais mes propres affaires et je les réalise à ma façon. C’est simple. Je fais mon possible pour aider mes boxeurs selon les circonstances qui se présentent à moi.»

Lubovac a une quinzaine de boxeurs sous contrat, dont la championne mondiale des poids plumes Jelena Mrdjenovich (38-10-2, 19 K.-O.). Sa philosophie d’entreprise ressemble beaucoup à celle d’Eye of the Tiger Management (EOTM).

«Mes boxeurs me tiennent à cœur. Ils ne sont pas seulement des athlètes que j’envoie dans le ring pour recevoir des coups, a précisé Lubovac. Ça ressemble beaucoup à la façon de penser de Camille (Estephan). C’est pour cette raison qu’on a une bonne relation d’affaires. Nous sommes très protecteurs avec nos boxeurs.»

Nerveuse pour Braidwood

Être promotrice vient aussi avec une surveillance des actions de leurs protégés à l’extérieur du ring. Lubovac a reconnu qu’elle est toujours sur le qui-vive avec Adam Braidwood.

«J’ai toujours peur qu’il soit victime d’une rechute avec la drogue, a affirmé Lubovac. Dans le ring, je n’ai aucune crainte. Je sais qu’il pourra prendre soin de lui-même.

«Je veux le voir réussir. Si c’est le cas, je sais que ça va le garder dans le droit chemin.»