Destination Coupe Stanley AM

Mondial 2026 : une belle relève, selon Bernier

Publié | Mis à jour

Patrice Bernier avait 6 ans à l’époque de la Coupe du monde de 1986 au Mexique, dernière participation canadienne au prestigieux tournoi.

Ses crampons étant accrochés, l’ancien capitaine de l’Impact de Montréal ne pourra aider la cause du Canada sur les terrains au Mondial 2026. C’est plutôt comme ambassadeur de Soccer Canada que l’ex-numéro 8 du Bleu-blanc-noir criait victoire, mercredi, à la suite de la sélection de l’alliance nord-américaine pour accueillir l’événement.

«Je retrouve l’enfant qui regardait la Coupe du Monde à la télé et qui espérait y aller!», a commenté l’analyste à l’émission «Destination Coupe Stanley AM» sur les ondes de TVA Sports.

«Le Mondial sera dans notre cour. C’est une superbe annonce pour le Canada, les États-Unis et le Mexique.»

Montréal a présenté sa candidature pour être ville hôtesse du tournoi et aura huit ans pour se mettre belle si elle espère séduire davantage la FIFA pour la présentation de matchs d’envergure.

«Ce sera la première Coupe du Monde de soccer masculin au Canada. J’aurai la chance de passer à mes enfants la ferveur que mon père m’a transmise, entrevoit-il.

«C’est le deuxième plus grand évènement au monde après les Jeux olympiques.»

Une belle relève en vue

Canada Soccer a nommé Bernier parmi sept ambassadeurs et anciens joueurs de l’équipe nationale. Il demeure convaincu que la Coupe du Monde aura un impact positif sur le sport au pays.

«Il y a une émergence, une grande progression du soccer au Canada, assure-t-il.

«On aimerait que le Canada se qualifie tôt [au Mondial]. Si vous regardez des joueurs comme Alphonso Davies, des Whitecaps de Vancouver, il a 17 ans. Dans huit ans il aura 25 ou 26 ans et sera dans son apogée.

«Pour nous, les jeunes qui sont avec l’Académie de l’Impact, qui ont 15 ans maintenant, pourront rêver de faire partie de la sélection canadienne à 23 ou 24 ans et participer à la Coupe du Monde.»

Dans la vidéo, ci-dessus, écoutez les commentaires de Patrice Bernier.