Destination Coupe Stanley AM

«C’est du jamais vu une histoire comme celle-là!»

Publié | Mis à jour

L’affaire d’harcèlement impliquant la conjointe de Mike Hoffman est une autre tuile qui s’affaisse sur la tête de l’organisation des Sénateurs d’Ottawa.

Après l’incident de l’adjoint Randy Lee et des commentaires de l’ex-capitaine Daniel Alfredsson à l’endroit du propriétaire Eugene Melnyk, ainsi que les piètres performances de l’équipe lors de la plus récente saison, la formation ontarienne vit possiblement sa pire crise depuis sa résurrection en 1992 avec les allégations qui visent Monika Caryk.

Cette dernière aurait harcelé l’épouse du capitaine Erik Karlsson, Melinda, à plusieurs occasions.

«C’est une histoire qui jette un peu en lumière les problèmes de Sénateurs depuis le début de la dernière saison. Pour la direction de l’équipe, c’est un dossier qui est très difficile à contrôler», a noté l’analyste Renaud Lavoie, mercredi, à l’émission «Destination Coupe Stanley AM».

«La direction était au courant des problèmes entre Erik Karlsson et Mike Hoffman pas depuis hier, mais depuis le mois de mars.»

Melinda Karlsson a demandé l’octroi d’un ordre de protection contre sa présumée assaillante.

«C’est difficile pour eux de régler ça et c’est pour ça qu’ils amènent ça en cour. L’atmosphère est assez malsaine et j’ai hâte de voir comment on va se sortir de ça.»

Dans un blogue publié la veille, Renaud Lavoie a qualifié la situation de «catastrophique». Entre temps, les «Sens» tentent d’échanger Hoffman depuis la dernière saison, mais la valeur du joueur a pris un coup, il va sans dire.

«Il va falloir qu'ils le donnent pour qu'une équipe de la Ligue nationale le prenne», insiste notre analyste.

Deplus, cette histoire ayant été révélée au grand jour, il serait surprenant que Karlsson amorce la prochaine saison dans l’uniforme des «Sens».

«Soyons honnête, c’est du jamais vu une histoire comme celle-là», souligne Lavoie.

«Si t'es joueur autonome, tu ne veux pas aller là.»

«Il y a plus de joueurs qui voudront aller jouer chez les Jets de Winnipeg que chez les Sénateurs d’Ottawa.»

Écoutez les commentaires de Renaud Lavoie dans la vidéo, ci-dessus.