Boxe

Un combat d’adaptation pour Ulysse

Publié | Mis à jour

Fort d’une victoire convaincante contre Cletus Seldin en décembre dernier, Junior Ulysse aura un défi fort différent samedi soir. Il affrontera le Vénézuélien Ernest Espana dans un duel où les habiletés du Québécois seront testées.

Espana (25-0-1) possède une belle fiche sur papier. Toutefois, on est en présence d’un adversaire qui possède une fiche montée de toutes pièces. Parmi ses opposants en carrière, seulement deux avaient une fiche positive avant de croiser le fer avec lui et 11 d’entre eux n’avaient aucune victoire en banque.

On pourrait donc avoir droit à une leçon de boxe de la part d’Ulysse (15-1, 9 K.-O.) qui s’est mesuré à des adversaires de bien meilleur calibre qu’Espana au cours de ses cinq derniers duels. Par contre, comme il l’a déjà constaté, tout peut arriver lors d’un combat de boxe.

Qu’est-ce qu’Ulysse peut apprendre dans cet affrontement qui lui permettra de poursuivre son développement? Les mots à retenir selon son entraîneur: capacité d’adaptation.

«Espana est un droitier qui aime boxer gaucher, a expliqué Rénald Boisvert. Il est plus souvent gaucher que droitier. Il va choisir son style selon les réactions de son opposant un peu comme le fait Buddy Crawford.»

«Junior devra être en mesure de s’adapter. Si son adversaire change de côté à trois reprises durant un round, il doit être capable de s’ajuster à la seconde où ça se passe. Notre camp a porté sur cet élément.»

«Il faudra que j’élève d’un autre cran, a souligné Ulysse. Le jour où je ne le ferai plus, je n’aurai plus ma place. Je me bats contre moi-même.»

Les deux pieds sur terre

Après la belle victoire de décembre, Boisvert s’est assuré que son poulain demeure les deux pieds bien ancrés au sol.

«On se rend compte qu’il a gagné en maturité, a mentionné l’entraîneur. On a une équipe où les membres sont sur la même longueur d’onde et un promoteur qui ne fait pas de grandes promesses comme d’autres.»

«C’est gagnant avec un boxeur et celui-ci n’a pas d’attentes trop élevées.»

Thompson: une nouvelle voix

Boisvert dirige Ulysse depuis plusieurs années. Au cours des dernières semaines, il n’a pas hésité à ajouter un adjoint à son équipe en la personne de Jessy-Ross Thompson.

«C’est un de mes anciens protégés, a expliqué Boisvert. Il a travaillé avec plusieurs bons entraîneurs comme Russ Anber et Pedro Diaz.»

«Son apport à l’entraînement a pu amener Junior dans une autre dimension et d’avoir une nouvelle voix autour de la table. Je suis une personne qui aime être mise au défi sur une base régulière. On peut échanger nos connaissances afin de permettre à notre boxeur de poursuivre son apprentissage.»

Thompson n’a pas chambardé le style d’Ulysse de A à Z en prévision du combat de samedi.

«On a ajouté des outils dans son coffre, a mentionné Thompson. Il va possiblement les présenter samedi contre Espana.»