SPO-COUPE MEMORIAL 2018

Crédit : RICK ELVIN/AGENCE QMI

Repêchage LNH

Noah Dobson scintille toujours plus

Publié | Mis à jour

«Noah Dobson me fait penser à un casse-tête. Toutes ses habiletés tombent à la bonne place dans son jeu. Il ne perd jamais de morceaux. Il dépose un morceau à chacune de ses présences. À la fin du match, il a complété un beau et gros casse-tête. Il n’y a aucun trou. Il est incroyable comme défenseur. Il sortira dans le top 10 sans aucun doute.»

Jean-François Fortin a offert cette analyse pour décrire Dobson, répertorié par la Centrale de recrutement de la Ligue nationale de hockey (LNH) au cinquième rang parmi les espoirs en Amérique du Nord. Adjoint à Joël Bouchard avec l’Armada de Blainville-Boisbriand, Fortin a encore un pincement au cœur quand il pense à Dobson.

«À mes yeux, il a fait la différence pour le Titan d’Acadie-Bathurst en finale de la Coupe du Président, a expliqué Fortin, qui restera comme adjoint à Bruce Richardson la saison prochaine avec l’Armada. Il n’est pas spectaculaire, il n’a pas un effet wow à la P.K. Subban. Mais il devient un wow!, tellement son jeu est complet et qu’il peut tout faire sur la glace. Il est mature et intelligent pour un jeune de 18 ans. Quand je le regarde sur la patinoire, je vois en lui un Ryan Ellis à Nashville, mais à 6 pi 3 po à la place de 5 pi 10 po. Dobson est aussi bon offensivement que défensivement et il peut faire une bonne mise en échec, comme Ellis.»

À la hausse

Le soir du 22 juin à Dallas, Dobson n’aura pas à patienter trop longtemps avant de se lever de son siège au American Airlines Center. Au cours des derniers mois, le grand défenseur originaire de l’Île-du-Prince-Édouard a tout fait pour faire augmenter sa cote en vue du repêchage. Selon différents recruteurs de la LNH, il entendra son nom parmi les 10 premiers prononcés.

Il fera la lutte aux Quintin Hughes, Evan Bouchard et Adam Boqvist pour devenir le deuxième défenseur sélectionné après le phénomène Rasmus Dahlin.

Rencontré par «Le Journal de Montréal» à Washington le matin du quatrième match de la finale de la Coupe Stanley, Dobson a caché son jeu en vue du repêchage.

«Je n’ai pas d’objectif précis, a-t-il dit. Je veux juste profiter de l’expérience du repêchage. Je partirai à Dallas avec ma famille. Je serai heureux, peu importe l’équipe et le rang où je serai réclamé.»

Dobson a clôturé une saison de 17 buts et 69 points avec le Titan d’Acadie-Bathurst en soulevant les trophées de la Coupe du Président et de la Coupe Memorial.

«Je n’ai pas encore eu le temps de prendre un pas de recul pour mieux analyser ma dernière saison, a dit Dobson. C’était fou. Nous avons gagné les deux plus importants championnats. C’était une première pour Acadie-Bathurst. Les gens de la région sont très fiers du Titan. C’était réellement une saison incroyable pour moi et mon équipe. Je ne pouvais demander mieux.»

Comparé à Ryan Ellis par Fortin et à Marc-Édouard Vlasic par un recruteur de l’Association de l’Est, Dobson s’inspire d’un autre défenseur étoile de la LNH.

«J’aime modeler mon jeu sur Alex Pietrangelo, des Blues de St. Louis, a-t-il répliqué. Je suis droitier comme lui et j’ai sensiblement le même physique. Pietrangelo bouge bien la rondelle et il participe à toutes les missions chez les Blues. Il est aussi bon offensivement que défensivement.»

Intelligence et maturité

Marc Bergevin et Trevor Timmins ont épié le jeu de Dobson avec le Titan lors des récentes séries de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Si Filip Zadina et Jesperi Kotkaniemi représentent des choix probables pour le Canadien de Montréal avec le troisième rang, le CH pourrait inverser son choix avec celui d’une autre équipe, et ainsi glisser de quelques rangs afin de miser sur Dobson et obtenir un autre choix ou un espoir.

« C’est toujours possible, mais le Tricolore serait mieux de ne pas descendre trop loin, a prévenu un recruteur de l’Ouest. Dobson devrait entendre son nom entre les quatrième et 10e rangs.»

À Buffalo lors des examens physiques (Combine), Dobson a aussi conquis plusieurs formations de la LNH au moment des entrevues. Pour un jeune homme de 18 ans, il a déjà une intelligence du jeu avancée et une grande maturité.