Crédit : AFP

Séries 2018

La meilleure équipe a gagné

La meilleure équipe a gagné

Michel Bergeron

Publié 09 juin
Mis à jour 09 juin

Même si plusieurs penchaient pour Las Vegas à la suite de leur année miracle, de la surprise qu’ils ont été tout au long de la saison et de l’engouement à travers la ville, la meilleure équipe a gagné la coupe Stanley.

Cette finale entre les Golden Knights et les Capitals aura été l’une des bonnes auxquelles on aura assisté depuis plusieurs années. Le niveau de compétition était élevé, mais force est d’admettre que Washington avait plus de ressources. Les attaquants des Capitals étaient en mission et Alexander Ovechkin ne voulait pas l’échapper.

Il n’y a jamais rien de garanti l’année suivante dans la LNH. Je crois qu’Ovechkin était fatigué de se faire comparer à Crosby, du fait qu’il n’avait pas gagné la coupe Stanley. Ovechkin est loin d’avoir terminé sa carrière et il s’agit d’un athlète de premier plan. De toutes les comparaisons possibles, des joueurs comme le Russe, il n’y en a pas deux. Il distribue continuellement des mises en échec, patine à fond de train et est le pilier de son organisation. Honnêtement, on est tous contents pour lui. C’était beau à voir quand il a reçu le trophée des mains de Gary Bettman. C’est pleinement mérité.

Même le propriétaire des Caps, Ted Leonsis, était fier et il regardait Ovechkin comme si c’était son propre enfant. Ironiquement, c’était peut-être la première fois depuis les sept dernières années que l’équipe ne figurait pas parmi les favorites, et en travaillant dans l’ombre, elle en ressort grandie. Quand elle était favorite, elle n’arrivait jamais à son but.

Défensive de fer

On a beaucoup parlé des Kuznetsov, Backstrom, et évidemment Ovechkin, mais on a oublié la défensive des Capitals avec les Carlson, Niskanen, Orlov et Orpik, qui a fini avec un cumulatif de +17, un sommet dans ces séries.

On comprend un peu mieux pourquoi les Caps n’ont pas mis sous contrat Karl Alzner, qui n’aurait pas eu la rapidité, la mobilité et même le talent pour jouer avec une équipe comme Washington dans cette finale.

Du côté de Vegas, le directeur général George McPhee a fait un travail exceptionnel. Il a d’ailleurs bâti les deux équipes, ce qui est un exploit en soi et quelque chose qu’on ne reverra pas de sitôt. Son équipe était compétitive, fière, talentueuse, mais tout sera à recommencer l’année prochaine. On sentait que toute l’organisation était assommée que le rêve se termine. En plus, quoi de pire que de se faire éliminer devant ses partisans.

Les Knights auront à prouver une fois de plus la saison prochaine qu’ils ont leur place dans la LNH. Il y a beaucoup de changements d’une année à l’autre et rien ne dit que Vegas participera aux séries. C’est la beauté du hockey.

Des dossiers chauds

Il y aura deux dossiers à surveiller dans les prochaines semaines à Washington. Carlson deviendra agent libre le 1er juillet et s’il teste le marché, il sera l’un des joueurs les plus convoités en compagnie de John Tavares. Les prochaines semaines s’annoncent intéressantes.

Puis, est-ce que Barry Trotz reviendra à la barre des Caps? C’est une situation étrange que celle d’avoir laissé son contrat se terminer. Il faut se demander s’il souhaite revenir. Il a peut-être été blessé dans son orgueil.