Canadiens

Conquête de 1993: au-delà de Patrick Roy

Publié | Mis à jour

Il y a 25 ans, soit le 9 juin 1993, le Canadien de Montréal remportait la 24e Coupe Stanley de sa glorieuse histoire.

Avec 10 victoires en prolongation durant ces éliminatoires, le gardien Patrick Roy aura été un choix logique pour l’obtention du trophée Conn-Smythe, remis au meilleur joueur des séries.

Il y a toutefois lieu de rappeler que les héros avaient été nombreux chez le Tricolore lors de ce printemps magique.

«À chaque match, quelqu’un de différent se levait, a lui-même déjà résumé Roy, dans une entrevue accordée au site web de la Ligue nationale de hockey. Pour une équipe comme la nôtre, si on voulait gagner la coupe Stanley, on ne pouvait pas avoir de passagers. On n’en avait pas, tout le monde était sur la coche, les gars travaillaient fort. Sincèrement, c’est ça qui a fait en sorte qu’on ait pu surprendre le monde du hockey.»

Question de rappeler de vieux souvenirs, voici cinq joueurs qui, sous les yeux de Roy, s’étaient particulièrement illustrés lors de cette conquête de 1993.

Vincent Damphousse

L’attaquant Vincent Damphousse avait été le joueur le plus productif du Canadien, avec 23 points, dont 11 buts, en 20 rencontres. Il avait terminé les éliminatoires avec trois filets gagnants, dont celui inscrit en prolongation contre les Nordiques de Québec, lors du troisième match de la série de premier tour. Damphousse avait alors fait exploser le toit du Forum de Montréal!

Eric Desjardins

Qui ne se souvient pas du tour du chapeau d’Éric Desjardins réussi dans la deuxième rencontre de la finale de la Coupe Stanley face aux Kings de Los Angeles? Or, l’apport offensif du défenseur aura été présent tout au long des éliminatoires, avec 14 points, dont sept en supériorité numérique. Des jardins avait d’ailleurs été l’arrière le plus productif de la Ligue nationale de hockey lors de ces séries.

Kirk Muller

Avec 10 buts en 20 matchs, Kirk Muller avait été à la hauteur. L’attaquant avait d’ailleurs joué les héros deux fois en prolongation, d’abord lors de la cinquième partie de la série de premier tour face aux Nordiques, puis pour éliminer les Sabres de Buffalo en quatre matchs à la ronde suivante. C’est aussi lui qui a obtenu le filet vainqueur dans la dernière rencontre face aux Kings.

John LeClair

Alors âgé de 23 ans, John LeClair n’avait peut-être pas été une menace constante durant les séries, mais ses deux buts inscrits en prolongation durant la finale de la Coupe Stanley le propulse parmi les grands responsables de la conquête de 1993. Il avait tranché le débat lors deux parties disputées à Los Angeles, soit les matchs 3 et 4.

Guy Carbonneau

Bien avant la qualification du Canadien pour la grande finale, le capitaine Guy Carbonneau avait aidé l’équipe en marquant deux buts importants en prolongation. Au deuxième tour des séries, «Carbo» avait ainsi permis au Tricolore de battre les Sabres de Buffalo par le pointage de 4-3 dans le deuxième match. Puis, en finale de l'Association Prince-de-Galles, Carbonneau avait joué les héros lors de la troisième partie pour donner les devants 3-0 au Canadien dans cette série contre les Islanders de New York. Faut-il également rappeler son efficacité en désavantage numérique?

* Mention honorable à Paul DiPietro pour ses huit buts en 17 rencontres. En plus d’inscrire un tour du chapeau dans le sixième match contre les Nordiques au premier tour, il avait obtenu un doublé dans la victoire finale du 9 juin 1993.