Impact

Conditions difficiles attendues à Dallas

Publié | Mis à jour

Les joueurs de l’Impact ont pris le chemin de Dallas, jeudi après-midi, en sachant très bien que c’est une tâche plus que difficile qui les attend.

D’une part, ils seront confrontés à une équipe qui n’a pas perdu à ses six derniers matchs et d’autre part, ils devront composer avec des conditions météorologiques inhospitalières puisqu’on prévoit 36 °C tout au long de la fin de semaine.

«Ça va être une grosse tâche surtout qu’ici il fait froid, on ne peut pas s’entraîner avec les conditions de Dallas», a souligné Samuel Piette.

«Quand on va au Texas, à chaque fois c’est dur. J’y suis allé trois ou quatre fois avec l’équipe nationale et c’était très dur.»

S’y préparer

Et comme le hasard ne fait pas toujours bien les choses, la dernière semaine n’a pas été la plus chaude à Montréal, de sorte que la préparation n’a pas pu tenir compte du facteur chaleur.

Rémi Garde et son personnel se sont assurés de prendre des mesures afin de s’assurer que les joueurs ne souffrent pas trop de l’écart de température.

«Il n’y a pas de recette miracle, mais on a essayé d’alléger un petit peu la charge de travail pour garder un maximum de fraîcheur physique et mentale. On va faire avec et il ne faut pas que ce soit une excuse pour nous», a souligné l’entraîneur-chef.

N’empêche qu’en quittant une journée plus tôt qu’à l’habitude et en s’entraînant sur place vendredi matin, l’Impact se donne une meilleure chance de s’habituer aux conditions plus extrêmes.

Belle surprise

Dans un autre ordre d’idées, Samuel Piette était au nombre des membres de l’Impact qui ont assisté à la victoire in extremis de l’AS Blainville sur les Blue Devils d’Oakville, mercredi soir.

«Je connais plusieurs joueurs qui jouent avec l’AS Blainville et j’ai été surpris par le niveau de jeu», a expliqué le milieu de terrain.

Il s’est par ailleurs dit heureux de voir que les clubs issus d’autres ligues que la MLS ou la USL ont désormais leur place dans le championnat canadien.

«C’est le fun d’avoir des clubs semi-pros qui ont la chance de participer à un championnat professionnel et d’affronter des équipes professionnelles.

«On voit qu’il y a de l’engouement et de la passion pour le foot au Québec. On a eu un très beau match et ça donne une opportunité aux joueurs de se donner un objectif.»