F1

Jacques Villeneuve pilotera la F1 de son père à Montréal

Agence QMI / Tommy Thurber

Publié | Mis à jour

C’est confirmé : Jacques Villeneuve pilotera dimanche la Ferrari 312 T-3 que son père Gilles a menée à la victoire à Montréal il y a exactement 40 ans. Il roulera devant la parade des pilotes, dimanche, avant la course.

C’est ce qu’a annoncé Villeneuve en compagnie de sa mère Joann et du promoteur du Grand Prix du Canada, François Dumontier, lors d’une conférence de presse tenue sur la ligne de départ, tout près de l’inscription «Salut Gilles», jeudi.

Le champion du monde en 1997 en sera donc à ses premiers tours de roue sur le circuit qui porte le nom de son père depuis le mois d’août 2012, lorsqu’il avait terminé troisième en deuxième division du NASCAR.

En Formule 1, son meilleur résultat a été une deuxième position, lors de sa première saison, en 1996. Ce qui a par ailleurs fait dire au pilote, à la blague, que le moment l’enthousiasmait puisqu’il allait «mener pour une première fois à Montréal à bord d’une monoplace de F1.»

Le principal intéressé, très décontracté, semblait apprécier cette occasion de renouer avec son héritage familial. «Plus le temps passe, plus ces événements ont de la signification parce que tu vois ce qu’ils représentent», a lancé Jacques.

Ce sera la deuxième fois que Villeneuve pilotera cette voiture, et il a mis en garde ceux qui espéraient le voir atteindre des vitesses fracassantes.

«C’est une voiture que j’ai déjà conduite au festival de Goodwood lorsqu’elle appartenait à Nick Mason (du groupe Pink Floyd). Mais ce n’est pas pour faire des tours à l’attaque. C’est pour rouler tranquillement devant la parade en espérant qu’elle ne surchauffe pas à cette vitesse-là.»

Un cadeau

Dumontier n’a par ailleurs pas caché de sa joie de pouvoir offrir ce moment d’histoire aux partisans à l’occasion du 40e anniversaire du premier GP tenu à Montréal.

«Ce sera un très beau cadeau que la famille Villeneuve va offrir aux spectateurs, a avancé Dumontier. Je suis convaincu que certains auront des frissons et que d’autres verseront quelques larmes.»

«On a finalisé le dossier avec les autorités cette semaine. Si on avait formulé la même demande lors d’une époque pas si lointaine, je ne suis pas sûr qu’on aurait eu la même réponse. Ça prouve la relation que Liberty Media a avec ses promoteurs. Ils nous ont dit oui tout de suite.»

La parade se mettra en branle vers 12 h 30 dimanche, quelques minutes avant le départ.