Fernando Alonso

Photo : Fernando Alonso Crédit : AFP

F1

Fernando Alonso : 300 courses et une motivation intacte

Publié | Mis à jour

Le Grand Prix du Canada aura une signification particulière pour Fernando Alonso cette année, puisque ce sera sa 300e course depuis ses débuts en Formule 1.

Le pilote de 36 ans rejoindra ainsi un groupe sélect composé de Rubens Barrichello (326), Jenson Button (309) et Michael Schumacher (306).

Le principal intéressé est d’ailleurs bien heureux d’atteindre ce plateau et a profité de l’occasion pour déclarer une fois de plus son amour du circuit de l’île Notre-Dame.

«C’est définitivement un nombre spécial. Je suis heureux, car c’est 18 ans en F1, a commencé par dire Alonso, champion du monde en 2005 et 2006. Je suis prêt pour cet événement spécial, qui n’aurait pu se dérouler dans un meilleur endroit que Montréal, sur un circuit que les pilotes apprécient.»

Alonso en sera à un 298e départ. Il ne s’était pas élancé aux Grands Prix des États-Unis en 2005 et de Russie en 2017, deux courses auxquelles il était toutefois inscrit.

Toujours motivé

L’escale montréalaise est encore une fois au cœur d’une séquence très occupée pour Alonso. En 2017, il s’est amené dans la métropole après avoir pris part aux 500 Milles d’Indianapolis. Cette année, il ira en France disputer les 24 heures du Mans la semaine prochaine.

S’étant engagé dans le Championnat du monde d’endurance (WEC) avec Toyota en parallèle de la saison de F1, le pilote de McLaren n’a pas calmé les rumeurs quant à un possible départ au terme de la campagne. Il se dit toutefois aussi motivé qu’à ses débuts.

«Je suis un homme très compétitif. On repart à zéro lors de chaque Grand Prix. Il faut prendre le départ en pensant à la victoire quand les feux rouges s’éteignent.»

«[Les deux championnats] doublent ma charge de travail, mais ça me plaît. Il y a des défis quant à la logistique et le travail de simulateur. Mais j’aime courser, et maintenant j’ai l’occasion de le faire toutes les fins de semaine, alors je suis heureux.»