Boxe

La fin d’un enfer pour Mikaël Zewski

Publié | Mis à jour

Mikaël Zewski est un homme soulagé depuis quelques jours. Le boxeur de Trois-Rivières a vu son oncle être reconnu coupable de harcèlement et de menaces de mort à son endroit.

Denis Zewski a écopé de 15 mois de prison et d’une probation de trois ans avec plusieurs interdictions. Les gestes et les paroles reprochés se sont déroulés en 2015.

À cette époque, Zewski avait donné un gros coup de pouce à son neveu pour la construction de sa nouvelle maison.

Toutefois, vers la fin des travaux, la situation s’est envenimée avec le fils de son frère Jean en raison de sa consommation de drogue. «Ça prendrait trois quarts de livre de pression pour qu’il rende son dernier souffle», avait dit Zewski à son neveu lors d’un appel téléphonique.

Des propos qui avaient inquiété le boxeur (31-1, 22 K.-O.), car son épouse était enceinte.

Son oncle lui avait également envoyé des messages textes avec des propos agressifs. Même derrière les barreaux pour une affaire de violence conjugale, Zewski avait continué de harceler Mikaël. Il n’a cependant jamais osé s’en prendre physiquement à son neveu ou à la famille de celui-ci.

Avec le verdict qui est tombé au Palais de justice de Trois-Rivières mardi, l’athlète de 29 ans peut maintenant regarder devant lui.

«Je suis très heureux que ça soit terminé, a souligné Mikaël Zewski lorsque joint par «Le Journal de Montréal» mercredi. Ce n’est jamais plaisant d’en venir à ce point avec un membre de ta famille.»

Il a vécu plusieurs heures d’inquiétude durant les semaines où son oncle le contactait à plusieurs reprises.

«J’étais inquiet surtout au moment d’aller au gymnase pour m’entraîner et que je devais laisser ma femme enceinte toute seule, a reconnu Zewski. Heureusement, il ne s’est rien passé.»

Une incidence dans le ring

On peut se demander si cette histoire a pu avoir un impact sur la carrière de Zewski entre les câbles pendant cette période.

En remontant dans les dates de 2015, on constate que plusieurs événements se sont déroulés dans les mois avant son duel contre le Russe Konstantin Ponomarev en mai.

On se souvient que Zewski avait eu une dure soirée et il avait subi sa première défaite en carrière.

«Je ne sais pas si l’histoire avec mon oncle a eu une incidence sur ma performance. C’est possible, a indiqué Zewski. Comme je l’ai souvent mentionné, je n’étais pas moi-même durant ce combat. C’était une contre-performance de ma part.»

Après son combat contre Ayi Bruce en octobre, il a été à l’écart du ring pendant vingt mois.

«Le dossier avec mon oncle n’avait rien à voir avec cette période d’inactivité. C’était bien en raison de la fin de mon association avec Top Rank, de la recherche d’un nouveau promoteur et d’une blessure», a précisé Zewski.

Un combat à Trois-Rivières ?

On raconte en coulisses que le groupe GYM tenterait d’organiser un gala de boxe à Trois-Rivières, la ville natale de Zewski. Yvon Michel aurait d’ailleurs rencontré quelques personnes pour discuter de la faisabilité d’un tel événement en juillet.

La rencontre a été positive, mais il y a un hic. Zewski a subi une blessure au gros orteil lors de son combat à Toronto, le 19 mai dernier.

«L’ongle de mon gros orteil s’est arraché et il devrait tomber dans les prochains jours, a expliqué Zewski. Pendant la semaine suivant ma victoire, j’avais de la difficulté à marcher.

«Je peux m’entraîner au gymnase, mais je suis assez statique. Je ne peux pas encore faire de course sur plusieurs kilomètres. Je veux prendre le temps de bien me guérir.

«J’ai eu vent des rumeurs au sujet d’un duel à Trois-Rivières et Yvon m’a contacté à ce sujet. J’aimerais bien que ça se réalise, mais pour le mois de juillet, ça serait difficile.»