Boxe

Simon Kean met les bouchées doubles à l’entraînement

TVA Sports / Nancy Audet 

Publié | Mis à jour

C'est dans deux semaines qu'aura lieu le choc très attendu opposant les poids lourds Simon Kean et Adam Braidwood. Un duel de titans qui sera présenté à Shawinigan.

Le Québécois amorce actuellement la dernière ligne droite de son camp d'entraînement.

Vendredi matin, on a eu l'impression d'entrer dans un sauna au club de boxe Performance de Trois-Rivières.

La chaleur y était accablante, mais cela n'a pas empêché Kean d'enchaîner les rounds de «mitaines» avec son entraîneur.

«Je pense que c'est mieux de s'entraîner dans un sauna, mais dans un sauna on relaxe, alors qu’ici on ne relaxe pas», a lancé Kean à TVA Sports.

Le camp d'entraînement tire à sa fin et son entraîneur, Jimmy Boisvert, avoue qu'il n'a pas eu besoin de motiver son protégé. Kean souhaite ce combat contre Braidwood depuis des mois.

«On sent que ça part de plus loin dans le camp. Dès le départ, il était plus dedans et plus concentré.»

Un rival pris au sérieux

Le boxeur de Victoria n'a pas un dixième de l'expérience de Kean, mais son équipe le prend très au sérieux.

«Techniquement, ce qu'on surveille de lui, c'est qu'il est imprévisible. C'est un gars qui n'a pas un gros background de boxe amateur, mais il est dangereux, car il est imprévisible, alors Simon doit être prêt à n'importe quoi», soutient Boisvert.

Kean a donc mis les bouchées doubles lors du camp d'entraînement en mettant les gants plusieurs fois avec les meilleurs poids lourds de la province.

Son objectif le 16 juin : montrer à Braidwood qu'il ne mérite pas sa place dans le ring avec lui.

«Je pense qu'il n'a jamais reçu de coups de quelqu'un de mon niveau. Moi, j'en ai reçus et donnés. Quand il va recevoir ces coups, c’est là qu’on va voir s’il est toujours un homme.»

Lors de son dernier passage au Québec en avril, Braidwood n'a pas raté sa chance de narguer Kean. Le boxeur de 29 ans l'a senti nerveux et intimidé.

Reste que Kean a tout à perdre lors de ce duel, souligne son entraîneur.

«S'il gagne contre Adam, il monte d'un step, mais s'il perd contre Adam, il va descendre de cinq.»