Canadiens

Pacioretty : «Les Panthers n’étaient pas prêts à faire ça»

Publié | Mis à jour

Chez les Canadiens de Montréal, deux dossiers suscitent de l’intérêt actuellement : ce qui adviendra du choix de premier tour au repêchage et l’avenir de Max Pacioretty.

Mardi, le directeur général Marc Bergevin a déclaré au site officiel de la LNH qu’il n’échangera pas la troisième sélection au total à moins d’être séduit par une offre irrésistible.

Vendredi, le journaliste du réseau Sportsnet Elliotte Friedman a donné une explication logique à cette déclaration, à trois semaines de la séance et, selon lui, il n’est pas impossible que Bergevin se ravise.

«Ils n’ont pas encore les meilleures offres sur la table, a souligné le chroniqueur à la radio 960 AM de Calgary. Ils ont plus de chances de garder leur choix à ce stade-ci, car rien ne se trame qui leur fera changer d’idée en ce moment.»

Friedman parlait également de toutes les offres de transaction en vue du 22 juin, puisque bon nombre d’échanges surviennent sur le plancher du repêchage.

«C’est encore tôt. Dans les prochaines semaines, nous aurons une meilleure idée à savoir si quelqu’un sera échangé [chez les Canadiens].»

Le dossier Pacioretty

Cela dit, Bergevin n’a pas confirmé que son capitaine demeurera avec l’équipe lors de son bilan de fin de saison, après que le numéro 67 ait été mêlé à des rumeurs d’échange tout au long de la saison.

«Je crois qu’il est très probable que Pacioretty soit échangé, a soutenu Friedman. Si c’est le cas, je crois qu’il sera heureux d’aboutir quelque part comme la Floride. Je peux entrevoir un tel scénario, mais tu dois finaliser ladite transaction pour y arriver.»

Selon les informations du journaliste, des pourparlers ont eu lieu avant la date limite des transferts de la LNH, mais l’étiquette était trop chère.

«Je crois qu’ils demandaient Vincent Trocheck et possiblement plus. Les Panthers n’étaient pas prêts à faire ça.»

Reste à voir si Bergevin décidera, voire parviendra à échanger Pacioretty d’ici la prochaine campagne.

«Le plus grand obstacle pour Montréal, c’est la demande en retour. Les exigences seront très élevées. Je crois quand même qu’il risque plus d’être échangé que de rester.»

Une croix sur les séries l'an prochain?

Friedman ajoute toutefois un bémol. L’objectif d’atteindre les séries est moins élevé que par le passé chez le CH, puisque l’organisation a convenu de faire un virage à 180 degrés dans son effectif.

«Je ne pense pas qu'il y ait autant de pression pour l'an prochain. Je pense que l’équipe veut reconstruire un peu, et cela me dit qu'ils peuvent se dire "nous n'avons pas nécessairement besoin d'échanger Pacioretty"’.»

«Montréal peut décider de se contenter d’espoirs [en retour de Pacioretty] parce qu’ils essaient de se réapprovisionner [en jeunes talents].»

En ce qui est du principal intéressé, l'Américain de 29 ans, à qui il reste un an de contrat à 4,5 millions $, a dit ne pas souhaiter changer d'adresse à la fin de l'année.

«Je vivrai dans cette ville, peu importe ce qui arrivera, a-t-il déclaré. Je reviendrai l’été ou à la fin de ma carrière. J’aime la ville et j’aime jouer au hockey ici. Ma famille aime ça aussi.»

«J’ai compris la réalité de Montréal avec les années. C’est un endroit spécial.»

Réécoutez ses propos dans la vidéo, ci-dessus.