Destination Coupe Stanley AM

La fois où Laurent Duvernay-Tardif aurait pu lâcher le football

Publié | Mis à jour

En 2013, un certain étudiant en médecine à l’Université McGill demandait une grande faveur à sa faculté : pouvoir continuer ses études... tout en gérant son horaire différemment tandis qu’il embarquait dans la grande aventure du football professionnel.

Sasha Ghavami, se souvient très bien de ce que lui avait dit cet étudiant, Laurent Duvernay-Tardif, avant ce rendez-vous fatidique avec la faculté.

«Ce que les gens ne savent pas, c’est que l’aventure NFL a failli cesser très, très tôt, a raconté l’agent de Duvernay-Tardif en entrevue à l’émission Destination Coupe Stanley AM, mercredi sur TVA Sports. En novembre 2013, on avait notre plus grande rencontre de tout ce processus, c’était avec la faculté de médecine.

«On devait avoir l’approbation de la faculté. Laurent m’avait dit : "Si la faculté de médecine ne veut pas, on arrête tout ça, parce que ma priorité c’est la médecine." La faculté a accommodé Laurent.»

Le reste appartient à l’histoire. Le joueur de ligne offensive des Redmen a été choisi par les Chiefs de Kansas City au repêchage de 2014 et est devenu une des pierres angulaires du contingent à l’attaque du club du Missouri, attirant encore plus l’attention à cause de sa double carrière.

«Quand les Chiefs l’ont repêché, (l’entraîneur-chef) Andy Reid a soutenu sa deuxième carrière. Le fit était naturel. Il essayait de travailler autour de ça», a ajouté Ghavami.

Mardi, Duvernay-Tardif a obtenu son diplôme de doctorat en médecine et est devenu le premier docteur de l’histoire à fouler les terrains de la NFL.

«Le voir graduer avec son doctorat en médecine, c’est son plus grand accomplissement, a souligné son agent. Le contrat (de cinq ans et 42 millions $ signé en 2017, NDLR) a eu beaucoup d’attention, mais un bon joueur va se faire rémunérer.

«Alors, oublions le joueur de football professionnel un instant : il y a peu de personnes qui peuvent aspirer à devenir médecin et Laurent a montré que, malgré tout ce qui est arrivé, tout le succès au football, toute la notoriété, il est resté fidèle aux objectifs qu’il s’était fixés en 2013-2014.»

Le message de Duvernay-Tardif

Appelez cela de la détermination, de l’ambition ou de la pure folie, mais Duvernay-Tardif évoque désormais la possibilité d’entreprendre une maîtrise en administration des affaires. Pour Ghavami, l’idée correspond à l’homme, mais l’important est le message que transmet son client et ami aux jeunes et aux générations à venir.

«Laurent est une personne tellement complète que, si la NFL arrêtait demain matin, il ne serait pas pris au dépourvu

«J’en vois des joueurs avec qui Laurent a joué qui sont sans emploi, pour qui c’est tough tant au niveau financier que psychologique. On voit des familles qui éclatent parce qu’ils ne sont pas capables de gérer tous ces changements, parce qu’ils n’ont pas de plan ni de vision – même pas à long terme, je parle à court terme.

«Le sport peut cesser très, très vite et ça ne fait aucun sens pour moi qu’on a encore des athlètes professionnels qui n’ont pas leur secondaire, un bac ou un plan pour poursuivre.»