Crédit : AFP

Canadiens

Ryan O'Reilly est-il la solution pour le CH?

Publié | Mis à jour

Marc Bergevin a un plan et de toute évidence, celui-ci comprend un joueur de centre de premier plan.

À lire aussi : Bergevin doit faire une offre à Stastny, selon Bergeron

Si John Tavares, qui a rencontré le nouveau président des Islanders de New York Lou Lamoriello au cours des derniers jours, décidait de ne pas revenir avec la formation dont il est le capitaine, le directeur général des Canadiens de Montréal sera sans doute parmi les plus agressifs à sa poursuite.

Mais si le no 91 demeure avec la seule équipe qu’il a représentée ou qu’il dit tout simplement non à Bergevin, le DG pourrait se tourner vers un autre numéro : le 90 des Sabres de Buffalo.

Plusieurs experts soulignent que Ryan O’Reilly et le CH seraient le jumelage idéal. D’abord parce le Tricolore peut se permettre d’absorber une partie sinon la totalité de son salaire de 8,5 millions. De ce montant, 7,5M$ sont en bonis de signature et les Sabres seraient réticents de lui verser la somme due à compter du 1er juillet.

Ensuite, le joueur de 27 ans deviendrait automatiquement - pour ne pas dire par défaut - le premier centre des Canadiens.

Bergevin s’est déjà essayé

Bergevin a déjà fait de l’œil à O’Reilly par le passé. C’était à l’époque où ce dernier jouait au Colorado. Le patron du Bleu-blanc-rouge a tenté de faire son acquisition pendant deux ans, entre 2012 et 2014, sans succès.

Buffalo a sacrifié J.T. Compher, Mikhail Grigorenko, Nikita Zadorov et un choix de deuxième tour au repêchage de 2015 pour s’approprier ses services, ainsi que ceux de Jamie McGinn, qui faisait aussi partie de cette transaction.

O’Reilly vient d’écouler la deuxième année d’un contrat de sept ans, 52,5M$. À partir de 2019-2020, il empochera 6M$ au total, mais son salaire comptera pour 7,5M$ jusqu’à la fin du pacte, en 2023.

C’est un pensez-y-bien, quoiqu’il n’a que 27 ans.

À sa troisième saison à Buffalo, qui repêchera au tout premier rang dans un mois, O’Reilly a inscrit 24 buts et 61 points. Il est efficace dans les deux sens de la patinoire et il est employé contre les meilleurs centres adverses. L’entraîneur-chef des Canadiens Claude Julien ne demanderait pas mieux.

Les Sabres pourraient demander moins cher avant la décision de Tavares et augmenter leur prix radicalement par la suite.

Mais à ce salaire-là, ils ont intérêt à ne pas être trop gourmands s’ils veulent l’échanger avant le 1er juillet..