Boxe

Performance rassurante pour Lemieux

Publié | Mis à jour

David Lemieux a livré une performance sans bavure pour venir à bout du coriace Karim Achour, samedi soir, au Centre Vidéotron.

Après une journée difficile lors de la pesée officielle, Lemieux a rassuré ses partisans pour signer une décision unanime (119-108, 120-107, 119-107) contre Achour. Ce fut un combat à sens unique en faveur de Lemieux qui a prouvé que son épaule gauche était bien guérie.

D’ailleurs, avec son jab de retour, le cogneur a été capable de tenir son adversaire à distance durant toute la soirée et de bâtir des attaques de puissance. Il a pris le contrôle du duel dès le départ pour le conserver pendant la majorité du duel.

Étant donné que le boxeur avait eu de la difficulté avec sa perte de poids, la veille, on avait hâte de voir s’il serait en mesure d’avoir de l’énergie jusqu’à la fin du duel. Il a eu quelques baisses de régime durant la deuxième moitié du combat, mais il est parvenu à en avoir jusqu’à la dernière cloche.

Par ailleurs, on prévoyait un duel de puristes entre Custio Clayton et Stephen Danyo et c’est ce qu’on a eu.

Clayton (15-0, 10 K.-O.) a livré une leçon de boxe à Danyo (14-1-3, 6 K.-O.) pour l’emporter par décision unanime des juges (120-108 x 3). L’Anglais n’a jamais été dans le coup, car l’ancien olympien était simplement trop rapide.

Du même coup, il conserve sa ceinture WBO international et il met la main sur le titre IBF international des 147 lb. Avec cette victoire, il pourrait faire un bond intéressant dans le classement de la WBO dans les prochains jours.

Jukembayev: guerre victorieuse

Avant les deux combats principaux, Batyr Jukembayev (13-0, 11 K.-O.) a livré le combat le plus spectaculaire de la soirée.

Après avoir visité le tapis au cinquième round, celui qu’on surnomme «777» est revenu en force pour signer une victoire par arrêt de l’arbitre au septième round contre le coriace Argentin Jonathan Jose Eniz (20-10-1, 7 K.-O.).

Les deux pugilistes ont fait lever la foule à plusieurs occasions alors qu’ils n’ont pas hésité à s’échanger des coups de puissance. À un certain moment, on avait l’impression qu’ils avaient laissé leur défense au vestiaire.

Jukembayev a ainsi mis la main sur la ceinture WBC continental des Amériques des super-légers.

«C’est une étape de franchie dans ma carrière, a souligné Jukembayev après le duel. J’ai eu un flash knockdown au cinquième round, mais je suis revenu en force par la suite grâce à l’appui de la foule.

«Batyr a appris une règle fondamentale ce soir: il faut respecter tous les adversaires à la boxe, a ajouté son entraîneur Stéphan Larouche. Après le cinquième round, j’ai averti Batyr qu’Eniz tenterait de finir le travail.

«Il a rebondi au sixième, mais je n’étais pas surpris de son attitude. Il serait mort dans le ring avant de s’avouer vaincu. C’est un passionné.»

Dans un des affrontements les plus excitants de la sous-carte, Nurzat Sabirov (6-0, 5 K.-O.) a subi son plus gros test depuis qu’il est chez les professionnels. Il a signé un gain par décision unanime (60-54 x 3) contre le Mexicain Rolando Paredes (13-7-2, 10 K.-O.).

Après ce duel, Andranik Grigoryan (6-0, 1 K.-O.) a eu le dessus sur le Mexicain Jesus Ampara (12-1, 11 K.-O.) par décision unanime (59-55 x 3). Puis, Vincent Thibault (5-0, 2 K.-O.) est demeuré invaincu avec un gain par décision unanime contre l’Argentin Carlos Jerez (45-22-4, 18 K.-O.).

Autres combats

Il y avait plusieurs autres combats au programme. Le poids lourd Arslanbek Makhmudov (3-0, 3 K.-O.) n’a fait qu’une bouchée du Mexicain Elder Hernandez (5-2, 3 K.-O.) en l’emportant par knock-out au premier round.

À son deuxième combat pro, Saddridin Akhmedov (2-0, 2 K.-O.) a liquidé l’Argentin Ariel Alejandro Zampedri (9-4, 7 K.-O.) du premier assaut avec un coup au foie. Le Maskoutain Raphaël Courchesne (3-0, 2 K.-O.) a livré la marchandise en signant un gain par arrêt de l’arbitre au deuxième round.

Finalement, Ariane Goyette (0-1) s’est fait surprendre par Christina Barry (1-4) à ses débuts chez les professionnels.