Tennis

Simon Larose a été témoin de gestes racistes envers Françoise Abanda

Publié | Mis à jour

Ancien entraîneur de Françoise Abanda à Tennis Canada, Simon Larose a côtoyé la jeune femme durant quelques années et a pu confirmer qu’il lui est déjà arrivé de subir du racisme au cours de sa carrière.

Il ne s’agit cependant pas de racisme au sein de Tennis Canada, mais bien de la part d’individus fréquentant les tournois, selon lui.

«J'en ai été témoin quelques fois», a-t-il mentionné en entrevue à TVA Sports, jeudi, au lendemain d’une sortie publique de la jeune athlète noire, où elle a affirmé avoir vécu du racisme à de multiples occasions dans son parcours, et même au sein de Tennis Canada.

«C'est sûr que je ne veux pas trop rentrer dans les détails, a ajouté Larose. Entre autres en Belgique, dans un tournoi junior. Il y a quelqu'un qui est arrivé devant elle et qui a fait le signe de Hitler (le salut nazi). Il y a eu d'autres occasions. Pas tant que ça, mais il y en a eu.»

«Est-ce que je le voyais souvent avec elle? Non, mais je l'ai déjà vu», a-t-il admis.

Larose s’est dit surpris à quelques reprises, au cours de l’entrevue, par les déclarations de la joueuse de 21 ans.

«Je ne sais pas si elle se doutait de l'ampleur que ça prendrait, a-t-il indiqué. Évidemment, c'est un sujet très, très populaire en ce moment et avec raison, alors si elle avait à le dire, c'est parce qu'elle sentait qu'il y avait une accumulation.»

Larose a cependant souvent souligné qu’il n’était pas en mesure de se mettre à la place de la jeune femme à ce sujet.

Mauvaise comparaison

Larose a d’ailleurs mentionné qu’il serait erroné de comparer Abanda à Eugenie Bouchard en matière de visibilité médiatique.

«Je pense qu'elle (Abanda) a un potentiel incroyable, mais elle est dans les centièmes (joueuses au monde). Ce n'est pas une fille qui a été cinquième au monde», a-t-il souligné

«La visibilité va suivre le classement, a poursuivi l’entraîneur. On sait qu'Eugenie Bouchard, ça va continuer parce qu'elle est très bonne sur les médias sociaux, c'est une belle fille, Sports Illustrated et tout ça. Je pense que c'est beaucoup pour ça qu'elle a de la visibilité.»

«De se comparer à Eugenie sur ces trucs-là, ça n’a pas rapport, a-t-il observé. Je pense que Françoise doit vraiment regarder son classement.»

Pas de racisme à Tennis Canada

Larose a assuré que Tennis Canada n’a jamais traité Abanda différemment des autres joueurs et joueuses de son équipe au fil des années.

«Il y a eu beaucoup de joueur noirs, d'asiatiques avec Tennis Canada», a-t-il rappelé.

«Dans notre système, à Tennis Canada, tout le monde est traité de la même façon. Ça dépend des performances et d'où tu t'en vas avec ton tennis.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.