Tennis

Denis Shapovalov frappe un mur

Publié | Mis à jour

Sur la terre battue de Rome, Denis Shapovalov a frappé un mur en Rafael Nadal, qui n’a donné aucune chance au Canadien de 19 ans en le défaisant en des manches de 6-4 et de 6-1 jeudi en huitièmes de finale des Internationaux d’Italie.

Comme il fallait s’y attendre, Nadal a vengé son échec subi en août dernier face à Shapovalov lors du tournoi de la coupe Rogers sur le ciment du parc Jarry. Il savait mieux à quoi s’attendre cette fois-ci de la part de «Shapo».

Sur sa surface fétiche, celui qu’on surnomme l’ogre de l’ocre n’a fait qu’une bouchée d’un adversaire qui montrait des signes de fatigue après avoir gagné de longs matchs contre Tomas Berdych et Robin Haase.

«Rafa a joué de façon incroyable, a raconté Shapovalov à l’issue de ce duel de gauchers. Il était trop fort pour moi. Je n’ai pas si mal fait. J’étais compétitif lors de la première manche. Nadal parvenait toutefois à me repousser profondément.»

Nadal s’est imposé

Nadal n’a mis qu’une heure et 22 minutes pour éliminer son rival, brisant trois fois son service au cours de la deuxième manche. Cela a d’ailleurs engendré quelques gestes de frustration de la part de Shapovalov qui, de son côté, n’est jamais parvenu à briser le service de Nadal.

«La première manche a été difficile. Mon adversaire s’est montré coriace en effaçant plusieurs balles de bris. Et ses services étaient puissants», a souligné Nadal, qui affrontera Fabio Fognini en quart de finale.

Le favori du tournoi de Rome a porté sa fiche à 16-1 sur la terre battue cette saison.

Shapovalov devrait quant à lui occuper le 25e rang lors de la prochaine publication du classement de l’ATP. On sait que sa victoire contre Berdych lui a permis de détrôner Milos Raonic au titre de joueur canadien le mieux classé. «C’est quelque chose que j’ai toujours voulu atteindre. C’est spécial d’y parvenir», a-t-il dit.