Nashville Predators v Winnipeg Jets - Game Four

Crédit : AFP

VGK-WIN

Patrik Laine en panne

Publié | Mis à jour

On dit souvent que le hockey de séries éliminatoires est bien différent de celui de la saison régulière. Après Auston Matthews, il y a quelques semaines, c’est au tour de Patrik Laine de l’apprendre à ses dépens.

À sa deuxième campagne dans la LNH, l’attaquant finlandais a fait scintiller la lumière rouge à 44 occasions. Au cours des 82 matchs de la saison régulière, seul Alexander Ovechkin, avec ses 49 buts, s’est révélé une plus grande menace pour les gardiens du circuit Bettman.

Or, depuis le début des séries, l’athlète de 20 ans atteint la cible avec beaucoup moins de régularité. Des quatre buts qu’il a marqués jusqu’ici, deux l’ont été lors des deux premiers matchs de premier tour des Jets.

Avec une récolte de 11 points, Laine fait tout de même sa part pour contribuer aux succès de l’équipe. Toutefois, il est le premier à admettre que si les Jets souhaitent se défaire des Golden Knights et atteindre la finale, il doit retrouver sa touche.

«Quand ton équipe tire de l’arrière, qu’elle obtient une supériorité numérique et que tu frappes poteau après poteau, ça devient frustrant, a-t-il indiqué au lendemain de la défaite de 4 à 2 des siens. Il faut que je tire profit des occasions qui se présentent. J’en ai eu quelques-unes lors des derniers matchs, mais je n’ai pas marqué.»

Plus rien n’est facile

Ce que Laine doit comprendre, c’est qu’en séries éliminatoires, on doit se mettre le nez dans la circulation lourde pour espérer ajouter des points au tableau indicateur.

En passant, les problèmes de Laine ont commencé à se faire sentir quelques semaines avant la fin de la saison, là où le jeu commence à se resserrer davantage. À ses 13 derniers matchs, il n’avait enfilé l’aiguille qu’à trois occasions.

Les buts marqués en demeurant en périphérie et en rôdant dans la partie supérieure du cercle des mises en jeu se font plus rares à ce temps-ci de l’année.

«Il a réalisé que rien n’était facile à ce niveau», a déclaré Paul Stastny, acquis par les Jets le 26 février.

La pensée magique

Néanmoins, le fils de Peter ne croit pas que la situation de son jeune ailier droit soit aussi difficile qu’elle y paraît.

«S’il avait marqué hier [mercredi, il a touché le poteau], personne n’en parlerait aujourd’hui. S’il continue à obtenir ce genre d’occasions, il finira par marquer», a-t-il assuré.

Conscient, jusqu’à un certain point, des efforts qu’il faut mettre pour obtenir du succès en série, Laine semble tout de même habité par une certaine forme de pensée magique.

«Je dois travailler plus fort pour marquer ce but [celui qui le fera débloquer]. Quand ce sera chose faite, ils recommenceront à s’accumuler. Je dois travailler fort», a-t-il indiqué.

Perron prêt à revenir au jeu

Alors que les joueurs de Jets se sont pliés à quelques séances vidéo, ceux des Golden Knights ont tenu un entraînement optionnel. Une bonne quinzaine d’entre eux ont foulé la glace du complexe d’entraînement de Summerlin.

Absent lors des deux dernières rencontres, David Perron pourrait effectuer un retour au jeu, ce soir. Après avoir combattu ce qui semble être un sévère virus, l’attaquant québécois s’est dit prêt à renouer avec l’action.

Toutefois, puisque les Golden Knights ont remporté deux matchs en son absence, il craint que Gerard Gallant fasse appel à la même formation.