Sports divers

Marathon de la jeunesse Québecor: Patrick Roy comme dose d'adrénaline pour les jeunes

Publié | Mis à jour

Entre les visionnements des matchs des Remparts de la saison passée et les pourparlers au téléphone, Patrick Roy a servi de carburant pour 700 jeunes de Limoilou et des quartiers avoisinants, jeudi matin.

Le directeur général et entraîneur-chef des Remparts, qui s’est réinstallé dans sa vieille chaise il y a maintenant trois semaines, a effectué sa première implication communautaire depuis son retour en acceptant la présidence d’honneur du Marathon de la jeunesse Québecor qui tenait sa finale sur les berges de la rivière Saint-Charles.

Les centaines d’enfants en provenance de 14 écoles primaires du secteur ont parcouru les cinq derniers kilomètres leur permettant de compléter le marathon qu’ils avaient amorcé en janvier en se tapant deux ou trois km au rythme d’une fois par semaine.

«L’avenir passe par la jeunesse et c’est important pour le futur. Je trouve ça le fun de voir des gens de la communauté s’impliquer avec les jeunes et de les encourager à sortir et à courir. Il y en a beaucoup trop qui restent à la maison à jouer avec des jeux», a déclaré l’ancien gardien de but étoile après avoir été assailli par la marmaille en quête d’autographes.

Des recherches sur l’invité

Même si aucun de ces marathoniens en herbe n’a vu le «33» enfiler ses jambières au Colorado, les parents étaient bien au courant de l’identité de celui qui allait motiver leurs jeunes avant la portion ultime de cette initiative de Motivaction Jeunesse.

«On est vraiment content et la visite de Patrick Roy, pour nous, c’est grandiose. Ça donne un punch et une crédibilité au projet, et surtout, ça rend les jeunes heureux, et c’est ça qui est le fun.

«Quand on a annoncé la venue de Patrick, les parents n’en revenaient pas et plusieurs jeunes ont fait un peu de recherches en classe, où ils se sont demandés combien de coupes Stanley il a gagné, combien de trophées Jennings et ainsi de suite. Juste à voir les photos et son pedigree, c’est impressionnant. Le gars a une prestance et on était heureux de le recevoir», a souligné Luc Richer, directeur de l’organisme voué à contrer le décrochage scolaire, la sédentarité et la délinquance des enfants en milieux défavorisés en plus de contribuer à l’intégration des enfants immigrants.

«42 kilomètres sur une période de 15 semaines, c’est un signe de courage et de persévérance, et je trouve extraordinaire ce que vous avez accompli», a lancé aux enfants le membre du Temple de la renommée avant de donner le départ en compagnie du président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau.

Pour le multisports

Roy a profité de son passage pour livrer un plaidoyer sur l’importance de pratiquer plusieurs sports à la fois durant l’enfance.

«Je me débrouillais bien en natation! Ma mère m’obligeait à aller nager avant le hockey. Des fois, on se cachait dans les casiers, mais en général, on était obligé d’aller nager. C’était un bon combat pour nous! Quand tu touches à peu près à tous les sports, alors que j’ai aussi joué au tennis, au baseball, on dirait que ça t’aide dans tes habiletés, peu importe ce dont tu essaies de faire.»

La conclusion du Marathon était le premier d’une série d’événements organisés par Motivaction Jeunesse au printemps dans le cadre de sa mission sociale. Prochaine étape : le défi du Cap-Blanc au célèbre escalier des plaines d’Abraham, la semaine prochaine.