Tennis

Le dossier Abanda aura créé un malaise

Publié | Mis à jour

Les déclarations de la joueuse de tennis Françoise Abanda continuent à faire couler beaucoup d’encre. Née de parents camerounais, la Canadienne de 21 ans a affirmé, mercredi, avoir été victime de racisme à plusieurs occasions dans sa carrière.

L’ancien entraîneur de la jeune joueuse, Simon Larose affirme qu’il a été témoin de quelques incidents du genre entre 2011 et 2014.

«J’ai déjà vu quelqu’un, lors d’un tournoi junior en Belgique, lui faire salut nazi», raconte-t-il.

M. Larose explique que Tennis Canada n’aurait jamais discriminé la jeune athlète.

De son côté, la mère de Françoise comprend les agissements de sa fille. 

«Elle a été boudé lors d'un tournage d'une vidéo promotionnelle de Tennis Canada, il est normale qu'elle se sente délaissée», explique-t-elle.

Voyez le reportage d’Andy Mailly-Pressoir ci-dessus.