Canadiens

«C’est un gros défi, mais c’est le fun les défis» -Joël Bouchard

Publié | Mis à jour

Le nouvel entraîneur-chef du Rocket de Laval, Joël Bouchard, admet que son emploi ne sera pas de tout repos, mais qu’il aura beaucoup de plaisir à accomplir ce nouveau défi, soit remettre cette équipe de la Ligue américaine de hockey (LAH) sur les rails.

«C’était l’opportunité parfaite pour moi, c’est le poste que je voulais occuper avec les Canadiens de Montréal depuis le début, a-t-il expliqué, jeudi, à l’émission Destination Coupe Stanley. C’est exactement là que le directeur général du Tricolore, Marc Bergevin, voulait me placer et ça m’a incité à rejoindre les rangs de l’organisation.»

Bouchard est bel et bien conscient que la tâche sera ardue, car les matchs où il pourra profiter d’un effectif complet seront rares. Les  blessures de l’équipe en plus des blessures qui surviennent chez les Canadiens de Montréal donneront du fil à retordre à l’ex-entraîneur de l’Armada de Bainville-Boisbriand, qui devra trouver des solutions avec les nombreux rappels effectués par le grand club.

«J’ai vécu avec des conditions similaires à la barre de l’Armada. Quand j’avais des blessés dans la LHJMQ, je ne pouvais pas rappeler personne, c’est pourquoi on doit se débrouiller et trouver des alternatives, affirme-t-il. Les rappels de nos joueurs vers la LNH vont avoir un impact sur notre effectif, mais ça va donner l’opportunité à d’autres joueurs de montrer ce qu’ils ont dans le ventre chez les professionnels.»

Vivre de nouvelles expériences

Bouchard n’avait pas tout de suite accepté la proposition de Bergevin, lui qui a voulu se concentrer sur sa saison dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) avec l’Armada de Blainville-Boisbriand, mais, à la suite de leur défaite lors de la série finale de la Coupe du Président contre le Titan d’Acadie-Bathurst, l’homme de 44 ans a jugé qu’il était temps de tourner la page.

«Je veux donner aussi la chance à d’autres personnes d’évoluer dans le junior majeur au Québec, a-t-il expliqué. J’ai parlé avec Marc et nous pensions tous les deux que devenir l’entraîneur du Rocket était la meilleure chose à faire pour mon avenir.»

Ce dernier ajoute que les discussions avec Bergevin ont débuté après le congédiement de l’ex-entraîneur de la formation lavalloise, Sylvain Lefebvre. «Nous étions d’anciens coéquipiers dans la LNH et nous étions déjà en contact, raconte Bouchard. Il est arrivé que Marc m’appelle pour avoir des détails sur certains joueurs, mais sans plus. C’est après les changements qui ont été effectués à Laval que j’ai reçu la demande.»

Toujours en bonne relation avec Lefebvre

Bouchard comble ainsi la place de Sylvain Lefebre, lui qui occupait les mêmes fonctions la saison dernière avec la formation lavalloise. L’ancien entraîneur-chef de l’Armada affirme qu’il demeure en contact avec celui qui a été dans l’organisation du CH lors des six dernières années.

«C’est un très bon ami, même un modèle pour moi, car il de très grandes connaissances par rapport au hockey», mentionne-t-il.

Toujours près de l’Armada

Malgré cette nouvelle «promotion», Joël Bouchard demeure copropriétaire de l’Armada et soutient qu’il veut garder un rôle très important avec l’organisation.

«On a besoin de s’investir dans la ligue avec des dons financiers pour aider le futur des jeunes joueurs du circuit. C’est pour cette raison que je veux absolument rester dans le junior.»

Il conclut le tout en affirmant que le but ultime est de développer les joueurs dans un environnement gagnant.

Voyez l’entrevue complète de Dave Morissette avec Joël Bouchard ci-dessus.