Canadiens

Bergevin : «L’embauche de ces deux hommes était primordiale»

Publié | Mis à jour

Marc Bergevin a dit lors de son bilan de fin de saison qu’il veut côtoyer des hommes qui n’aiment pas perdre. Il vise juste avec Joël Bouchard.

Voyez l'entrevue de Marc Bergevin avec Louis Jean dans la vidéo, ci-dessus.

Jeudi, le directeur général des Canadiens de Montréal a annoncé l’embauche de ce dernier pour diriger le Rocket de Laval pour les trois prochaines saisons. Il s’agit du deuxième instructeur en chef qu’il recrute dans les rangs juniors de la LHJMQ après Dominique Ducharme.

«Leurs feuilles de route parlent d’elles-mêmes.  L’embauche de ces deux hommes était primordiale pour l’organisation, a insisté Bergevin lors d’une entrevue accordée à TVA Sports.

«Ce sont de jeunes instructeurs avec beaucoup de potentiel et beaucoup d’énergie. Dominique a remporté une Coupe Memorial avec Halifax. Joël a fait un travail impeccable à Boisbriand.»

Aux dires de Bergevin, les deux hommes étaient très courtisés par des formations de la Ligue nationale de hockey et le CH devait agir rapidement pour retenir leurs services.

L’ardeur de Bouchard

Bouchard est réputé comme un entraîneur parfois bouillant, mais inconditionnellement passionné dans le milieu.

Son désir de gagner et son expérience comme joueur font de lui un candidat de premier plan pour devenir pilote du Rocket.

«Il apporte tellement d’énergie. Si tu mets un instructeur comme lui derrière le banc et tu vois les résultats. Il va chercher le maximum de ses joueurs, note Bergevin.

«Je n’enlève rien à l’Armada, mais les gens disaient qu’ils n’avaient pas beaucoup de talent. Mais les résultats étaient là.»

Le CH est meilleur aujourd’hui

Nul doute pour Bergevin, le Tricolore est déjà une meilleure organisation avec l’embauche des deux Québécois.

«On a été chercher deux hommes d’ici qui étaient primordiaux pour l’organisation», a-t-il réitéré.

Bergevin a aussi raconté que l’entraîneur-chef des Canadiens Claude Julien était «très impliqué» dans la venue de Ducharme avec le grand club et que «Marc Bergevin n’a pas forcé» son pilote à accepter sa décision.

«Claude l’a rencontré. Il a bien aimé la personne et l’énergie qu’il apportait et vice versa. Claude Julien a beaucoup à voir avec son embauche.»

Bergevin en a aussi profité pour dire qu’il n’y a pas d’échéancier pour nommer un nouvel instructeur des défenseurs à la suite du départ de Jean-Jacques Daigneault.