Dustin Byfuglien écrase Scott Hartnell!

Photo : Dustin Byfuglien écrase Scott Hartnell! Crédit : AFP

Séries 2018

Dustin Byfuglien, une force de la nature

Publié | Mis à jour

Mike Babcock avait donné comme surnom «L’homme montagne» à Shea Weber lors de la Coupe du monde de 2016 à Toronto. À 6 pi 5 po et 260 lb, Dustin Byfuglien mériterait également un sobriquet de ce genre. Mais ça ressemblerait plus à «L’Himalaya» tellement le défenseur des Jets est intimidant sur la glace.

Au deuxième tour des séries contre les Predators de Nashville, Byfuglien a fait une démonstration de sa force herculéenne lors de la deuxième rencontre. L’Américain de 33 ans a repoussé deux joueurs d’un seul coup lors d’une altercation. Il a fait valser Roman Josi, un défenseur de 6 pi 1 po et 201 lb, en l’agrippant par le collet avec sa main gauche. Au même instant, mais avec sa main droite, il a terrassé Auston Watson, un solide gaillard de 6 pi 4 po et 204 lb.

Mathieu Perreault se souvient parfaitement de la scène. Quelques jours plus tard, il en rit encore quand on lui en parle.

«Je n’ai jamais joué avec un joueur aussi fort physiquement, a dit Perreault. Il est intimidant. Quand je l’affrontais, je vérifiais tout le temps s’il était sur la glace. Il est tellement fort. Je me suis déjà chamaillé avec lui dans une chambre d’hôtel. Il peut me lever du sol d’un seul bras et me propulser au plafond. Il est gros et fort à 250 livres environ, mais il a déjà été plus lourd. C’est une force de la nature.»

Un don du ciel

À quelques mètres du casier de Perreault dans le vestiaire des Jets, Jacob Trouba a aussi parlé avec un pur plaisir de la puissance de son coéquipier.

«Il n’y a pas de bons mots pour décrire sa force, a mentionné Trouba. Dieu lui a donné une force incroyable, c’est l’unique façon de l’expliquer.»

«À mes débuts dans la LNH, j’étais surpris par la robustesse de “Buf”, a poursuivi le défenseur. Je le vois maintenant sur une base quotidienne depuis cinq ans. Il peut réussir des mises en échec folles. Je suis heureux de jouer avec lui. Ça fait moins mal.»

Au premier match de la finale de l’Ouest, les Golden Knights ont également compris que c’était pratiquement impossible de se frotter à Byfuglien. Alex Tuch, un ailier de 6 pi 4 po et 222 lb, s’est retrouvé sur le dos en tentant une mise en échec contre lui.

«Je n’y allais pas pour une grosse mise en échec et je n’étais pas dans le meilleur angle, a rappelé Tuch. Il m’attendait et il a eu le meilleur sur moi. Avec Zdeno Chara, il est probablement le gars le plus fort de la LNH.»

Une production élevée

Byfuglien n’est pas juste gros et intimidant. Il reste au cœur des succès des Jets depuis le début des séries. Le numéro 33 a déjà amassé 15 points (5 buts, 10 passes) en 13 rencontres et il présente un différentiel de +7.

Paul Maurice a également une grande confiance en son vétéran défenseur. Byfuglien se retrouve au sommet de son équipe avec un temps de jeu moyen de 26 min 10 s. Il devance Trouba (22:01) par un peu plus de quatre minutes.

«Dustin est un joueur de séries, il a cette réputation, mais il n’avait pas eu la chance de le montrer souvent avec les Jets. En 2015, nous n’avions joué que quatre matchs en séries. Cette année, on a la chance de voir ce qu’il est capable de faire. C’est un gros morceau de notre équipe. Il fait la différence depuis le début des séries. Nous sommes chanceux de l’avoir avec nous.»

Comme défenseur, Byfuglien a également un style unique. Il n’a jamais peur de s’aventurer profondément en territoire adverse et il reste très rarement à la même position.

«Je me demande tout le temps ce qu’il fait là, sur la glace. Il n’est presque jamais à sa position, a répliqué Trouba. Je me gratte parfois la tête, mais il finit par faire un bon jeu. Un jeu que je ne pouvais prédire. C’est sa façon de jouer. Il est très intelligent. Comme coéquipier, tu dois souvent le couvrir, mais il fait plus de bons que de mauvais coups.»

Top 5 des mises en échec percutantes de «Big Buff»! - TVA Sports