Regina Pats v Calgary Hitmen

Crédit : AFP

Coupe Memorial

Camp de mise en forme prolongé pour les Pats

Publié | Mis à jour

Éliminés le 2 avril au terme du septième match du premier tour par les Broncos de Swift Current, les Pats de Regina auront bénéficié d’une pause de 45 jours lorsqu’ils amorceront, vendredi, le tournoi à la ronde de la Coupe Memorial Mastercard.

Est-ce un handicap ou une pause bénéfique? La réponse à cette interrogation sera fournie d’ici une dizaine de jours!

Confrontés au même scénario en mai dernier, les Spitfires de Windsor (de la Ligue de l’Ontario) avaient soulevé le gros trophée devant leurs partisans malgré une inactivité de 44 jours!

«Je ne vous cacherai pas que nous avons connu une dizaine de jours assez longs au cours de cette période sans match. Même s’ils s’entraînent fort, les joueurs sont las de pratiquer», a mentionné l’instructeur-chef John Paddock.

En lever de rideau du tournoi, Regina croisera le fer avec les Bulldogs de Hamilton, qui se sont pointés en Saskatchewan, mercredi, à l’exemple des deux autres champions de ligue.

De la variété au menu

Le personnel hockey des Pats s’est creusé les méninges afin que les troupes ne sombrent pas dans la monotonie.

«Nous avions un plan pour nous préparer adéquatement, mais il n’existe probablement pas de bonne ou mauvaise méthode. Nous le découvrirons bientôt», a plaidé Paddock, un attaquant qui a brièvement défendu les couleurs des Nordiques de Québec durant la saison 1980-1981.

«À la suite de notre élimination, nous avons accordé neuf jours de congé à nos joueurs. Cette période de repos a permis à nos gars de guérir leurs blessures et de récupérer d’une saison exigeante. [...] L’un de nos objectifs était de remettre les joueurs au sommet de leur condition physique. On a travaillé en petits groupes, tenu des séances d’entraînement en gymnase et sur la glace. L’horaire des journées était bien rempli.»

Même s’ils se sont tourné les pouces pendant six semaines à leur pension, Paddock n’a pas craint que ses millénaux perdent le «focus» et abusent d’activités sociales.

«Les gars étaient fatigués lorsqu’ils retournaient à la maison et nous avons de solides vétérans tels Sam Steele pour encadrer le groupe», a expliqué Paddock.

Deuxième chance

Une affirmation qui a été corroborée par l’attaquant de 20 ans Cameron Hebig. «Les entraîneurs nous ont gardés bien occupés. Nous passions nos journées à l’aréna! Toutefois, à un moment donné, tu as le gout de jouer de vrais matchs», a convenu Hebig.

«Mentalement, les six dernières semaines furent éprouvantes. Nous avons tourné rapidement la page sur notre défaite [contre Swift Current]. Nous devions apprécier les aspects positifs de ce long congé et prendre conscience que nous obtenions une deuxième chance. Nous sommes bien préparés physiquement pour relever ce défi.»

En deux lignes

Trois des six matchs de la ronde préliminaire, ainsi que la demi-finale, commenceront à 20 h 08 au Brandt Centre. Le troisième et dernier duel du Titan d’Acadie-Bathurst en phase de qualification, face aux Bulldogs de Windsor, est du nombre.

Puisque nos amis de la Saskatchewan demeurent à l’heure normale 12 mois par année, les partisans du Titan patienteront jusqu’à 23 h (heure avancée de l’Atlantique) mardi soir avant de surveiller les exploits de leurs favoris. Plus chanceux, les «fans» des champions de l’Ontario verront le début du match à 22 h (heure de l’Est). Au diable la logique!

Un bandeau publicitaire sur la page frontispice du quotidien «Regina Leader-Post» rappelait aux amateurs de hockey de la région qu’il reste encore des billets disponibles pour la plupart des matchs du tournoi. La qualification des Broncos de Swift Current (champions de la Ligue de l’Ouest) municipalité située à quelque 245 kilomètres à l’ouest de Regina s’avère un baume pour le comité organisateur. Pour le match inaugural contre Hamilton (prix minimal de 73 $), quelques centaines de sièges (près de la rampe et au balcon) demeuraient invendus dans le Brandt Centre, d’une capacité supérieure à 6000 places. Pour le match LHJMQ/OHL, «de très bons sièges sont encore disponibles», comme disent les bons vendeurs.

Les cérémonies d’ouverture se dérouleront jeudi soir et elles seront couronnées par un spectacle du groupe Eagles au Mosaic Stadium. Le domicile des Roughriders de la Saskatchewan offre 33 000 sièges et quelques milliers de partisans s’installeront sur des chaises au parterre. Ceux qui ont déboursé jusqu’à 380 $ se retrouveront près de la scène, mais les organisateurs ont invité ces clients à demeurer assis pour ne pas bloquer la vue des autres spectateurs!

Mardi, la Cour d’appel de l’Alberta a autorisé la poursuite en recours collectif déposée par d’anciens joueurs de la WHL dans cette province. Les requérants allèguent ne pas avoir reçu le salaire minimum légal dans en Alberta et le tribunal a accepté d’inclure les requérants de la Colombie-Britannique dans le recours. Des joueurs, qui ont reçu «une allocation de 35 $ pour des semaines de travail de 40 à 65 heures par semaine» durant leur stage junior, exigent rétroactivement leur salaire au taux minimum, le temps supplémentaire et leur paie de vacances. Des recours similaires ont été logés dans au Manitoba et l’État de l’Oregon. En avril, la Cour suprême de l’Ontario a autorisé le dépôt d’un recours collectif et au Québec, un projet de loi (176) a été déposé en mars afin de soustraire les équipes à la Loi des normes du travail.

Après un 32 degrés au mercure mardi, le soleil et des vents chauds ont conservé la température bien au-delà des normales saisonnières à Regina. Vendredi pour l’ouverture du tournoi, les gens de la météo prévoient 12 degrés et de la pluie. Il y a deux ans à Red Deer (Alberta), la canicule prétournoi avait cédé le plancher à la pluie et la neige!

Les travaux d’aménagement et de décoration battaient leur plein mercredi à l’intérieur et à l’extérieur du Brandt Centre. Pariez que, comme c’est le cas à tous les événements d’envergure, les fourmis du comité organisateur s’agiteront jusqu’à la dernière minute.