Montreal Alouettes
vs
Saskatchewan Roughriders

Crédit : DEREK ELVIN/Agence QMI

Alouettes

Alouettes : cinq questions brûlantes

Publié | Mis à jour

Après avoir connu une saison 2017 misérable, les Alouettes ont la chance de repartir en neuf, dimanche, avec l’ouverture de leur camp d’entraînement. En prévision, voici cinq questions brûlantes : 

Qui sera le quart partant ?

C’est la question que les Alouettes se posent depuis plusieurs saisons. Au moment d’écrire ces lignes, c’est Matthew Shiltz qui est le favori pour le poste. Pas très rassurant, même si Schiltz a démontré de belles choses l’an dernier. On verra s’il pourra confirmer son statut pendant le camp d’entraînement. Josh Freeman ? Ça prendra un peu de patience.

La défense reviendra-t-elle sur le droit chemin ?

Rich Stubler aura la lourde tâche de rebâtir cette unité qui a rendu de fiers services durant les dernières saisons alors que l’attaque tournait en rond. Par contre, le directeur général Kavis Reed a fait des acquisitions de première qualité sur le marché des joueurs autonomes et il a revampé une tertiaire qui en avait bien de besoin.

Comment Mike Sherman saura-t-il s’adapter à la LCF ?

Sherman a une vaste expérience dans le football, mais aucune dans le circuit canadien. C’est pour cette raison qu’il a eu l’intelligence d’embaucher des coordonnateurs qui la connaissent bien. Tranquillement, mais sûrement, il moulera son équipe à sa main durant le camp d’entraînement. Est-ce qu’il aura autant de succès que Marc Trestman ou June Jones à son arrivée dans la LCF ? Difficile à dire, mais les performances d’un quart font souvent foi de tout. À Montréal, il y a encore trop de points d’interrogation à cette position.

Le talent canadien : une amélioration ?

Les Alouettes en manquaient cruellement l’an dernier au point que certains joueurs, qui étaient embauchés à la dernière minute, obtenaient un départ quelques jours plus tard. Ce n’était pas normal comme situation. Kavis Reed a fait quelques ajouts intéressants, dont l’embauche du joueur de ligne défensive Jamaal Westerman et du secondeur Henoc Muamba. Il doit souhaiter que les blessures épargnent les joueurs de l’unifolié cette saison.

La ligne offensive retrouvera-t-elle ses lettres de noblesse ?

Une ligne offensive est souvent à l’image du reste de l’attaque. C’est ce qui s’est produit l’an dernier avec celle des Alouettes. Plusieurs blessures dans un court délai ont fait mal et certains joueurs se sont retrouvés à des positions inhabituelles. Il sera très intéressant de voir qui héritera du poste de bloqueur à droite qui est vacant pour l’instant.