LHJMQ

Patrick Roy a-t-il embauché son propre successeur?

Agence QMI / Roby St-Gelais

Publié | Mis à jour

Si Patrick Roy devait tomber sous le charme d’une offre d’une équipe de la Ligue nationale (LNH) d’ici la fin de la durée de son contrat de deux ans, Martin Laperrière sera tout désigné pour lui succéder.

C’est ce que le «33» a laissé entendre en discutant avec les membres des médias à l’issue du point de presse de mardi.

«La journée où je pense quitter, il va probablement devenir l’entraîneur-chef des Remparts. C’est un peu pour bâtir sur ce qu’on va faire dans le futur. J’espère être ici pour les 20 prochaines années, mais on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. Le plan est de bien le préparer», a assuré l’ancien dirigeant de l’Avalanche du Colorado.

Duo plus expérimenté

Pas de doute d’ailleurs pour Roy que son fidèle acolyte est un meilleur instructeur après avoir dirigé la formation midget AAA du Blizzard durant deux ans, charge qu’il avait assumée avec le Drakkar de Baie-Comeau en 2003-2004 et durant une portion de 2004-2005.

«Je considère être un meilleur entraîneur qu’à mon départ avec les Remparts et je suis convaincu que "Lappy" est un meilleur entraîneur depuis le moment où il a quitté les Remparts.

«On a vraiment bien travaillé ensemble pendant les huit saisons où j’étais derrière le banc. On avait une bonne chimie et on se comprenait bien. On n’avait pas besoin de se parler parfois pour savoir ce qu’on voulait faire. La transition se fera bien. Quand on clique avec quelqu’un, pourquoi faire des changements?», a résumé le grand patron hockey des Diables rouges.

Dossier Kurashev

Depuis qu’il s’est installé dans son bureau du Centre Vidéotron, il y a une quinzaine de jours, Roy n’a pas chômé. En plus de rencontrer le personnel en place, il s’est tapé comme prévu les matchs de la saison passée sur vidéo – une dizaine à date – et a téléphoné à ses 17 homologues du circuit Courteau.

«Il y a des discussions qui vont bien et on est très avancé dans certains dossiers», a-t-il répondu après avoir affirmé d’entrée de jeu qu’il souhaitait regarnir sa banque de choix au repêchage. À l’heure actuelle, les Remparts ne possèdent aucune sélection dans les deux premières rondes en prévision de l’encan du 2 juin prochain, à Shawinigan.

Quant à la situation du Suisse Philipp Kurashev, Roy s’attend à ce que l’attaquant lui fasse connaître ses intentions bientôt. Il est admissible au prochain repêchage de la LNH, mais l’option d’évoluer chez les professionnels dans son pays natal la saison prochaine figurerait dans ses projets.

«J’ai parlé à ses deux agents dernièrement et j’ai parlé avec Philipp ce matin [mardi]. On devrait avoir une réponse dans les prochains jours. Je pense que c’est positif, mais je sais aussi qu’il ne faut jamais rien prendre pour acquis.»

Fier de Marchessault

Roy se réjouit des succès actuels de son ancien attaquant Jonathan Marchessault, l’une des pièces maîtresses des succès des Golden Knights de Vegas depuis le début du bal éliminatoire.

«Un peu comme tout le monde, je n’aurais pas pu dire qu’il jouerait dans la Ligue nationale. Mais c’est un joueur de caractère, à part avoir sauté trois couvre-feux quand il était avec moi! Je suis obligé de dire que je suis fier de lui, que c’est rafraichissant de le voir jouer. Il a porté le chandail des Remparts avec énormément de fierté et c’est le fun de voir des petits joueurs performer de même. Je regarde [Samuel] Girard au Colorado, ça donne le goût aux jeunes de s’investir et de croire en eux», a lancé Roy.