Crédit : Gary A. Vasquez-USA TODAY Sports

MLS

MLS 360 : un premier tiers révélateur

Ian Gauthier / TVA Sports

Publié | Mis à jour

La 11e semaine de la saison 2018 est maintenant derrière nous, tout comme le premier tiers de la saison, puisque plusieurs équipes ont maintenant 10 ou 11 matchs derrière la cravate dans un calendrier qui en compte 34.

Et à ce point-ci de la saison, Atlanta United s’impose comme l’équipe à battre, suivie de près par le Sporting de Kansas City. Tout juste derrière, il y a le New York City FC, le Los Angeles FC et les Red Bulls de New York, qui flirteraient avec le sommet du classement s’ils avaient disputé plus que neuf matchs cette saison.

Bref, on commence à avoir une bonne idée des forces en présence. Les différents résultats de la dernière semaine vont d’ailleurs plutôt dans ce sens.

Atlanta stoppe Orlando

Dans l’une des trois solides affiches de dimanche, Atlanta United est allé chercher un gain de 2-1 à Orlando, mettant ainsi fin à la série de six victoires consécutives des «Lions». Il s’agit d’un bel exploit pour la troupe de «Tata» Martino, révélateur de la force de ce groupe. Par ailleurs, l’onéreuse recrue du club, Ezequiel Barco, trouve de plus en plus sa place dans le jeu du club. L’Argentin de 18 ans a marqué son deuxième filet de la saison dans cette rencontre.

 

 

Cette victoire des «Five stripes» survient quelques jours après une défaite de 2-0... contre le Sporting, mais il faut souligner qu’Atlanta s’était pris un rouge peu après la demi-heure de jeu durant cette rencontre. N’empêche, chapeau au Sporting, parce que même à dix, Atlanta n’est pas facile à battre.

Nul explosif au Banc of California Stadium

Le dernier match du weekend mettait aux prises deux autres forces de la MLS alors que le Los Angeles FC recevait le New York City FC. Une rencontre qui s’est terminée sur un nul de 2-2 grâce à un joli but égalisateur d’Ismael Tajouri-Shradi, dont c’est le cinquième pion cette saison en seulement huit présences en 2018. Il a été blessé récemment mais il est de retour, et c’est un joueur à surveiller pour le reste de la saison.

 

 

L’autre club de Los Angeles, le Galaxy, a pour sa part beaucoup plus d’ennuis. La bande à Zlatan Ibrahimovic est allée se faire battre 3-2 au Texas par un FC Dallas mené de main de maître par Mauro Diaz, auteur de trois passes décisives. Les Texans ont aussi profité de deux buts de Roland Lamah et du retour au jeu de Kellyn Acosta, très influent en milieu de terrain. Si elle évite les blessures, la troupe d’Oscar Pareja sera probablement du top 3 dans l’Ouest à la fin de la saison. Le FC Dallas n’a subi qu’une défaite cette saison et son jeu va en s’améliorant.

Tout de même, notons que le Galaxy, pour qui c’était une quatrième défaite de suite, et dont la défense est en carton, est venu foutrement près de créer l’égalité dans ce match.

 

 

Les Taureaux en parade

Les Red Bulls continuent d’impressionner. Le club basé au New Jersey est allé s’obtenir une victoire au Colorado contre les Rapids, l’un des «punching bags» de la ligue à ce point-ci en 2018.  La bande à Jesse Marsch continue d’imposer sa recette à l’adversaire sur la pelouse et peu nombreux sont ceux qui offrent une réponse valable. Surtout, les Red Bulls possèdent cette profondeur impressionnante puisée essentiellement dans son académie. Un modèle à suivre en MLS. Et actuellement, ils sont sur une séquence de trois victoires consécutives.

De nouvelles déconfitures canadiennes

Les trois équipes canadiennes ont encore une fois connu un weekend ordinaire.

Tout a été dit (écrit) ou presque au sujet de la douloureuse défaite de l’Impact, blanchi à domicile par un club qu’il devait battre. Le onze de départ a des trous partout, le banc n’est guère mieux, et qui plus est, les blessures s’accumulent. Ce groupe, collectivement, n’a pas confiance. Adam Braz et ses adjoints feraient mieux d’avoir un gros été. Mais les miracles seront-ils possibles considérant à quel point il est compliqué d’obtenir des places internationales?

Le cas du Toronto FC est un brin plus mystérieux, quoique pas encore totalement inquiétant. L’équipe a encaissé un revers de 3-2 contre le Revolution, qui  joue bien depuis le début de l’année et qui profite continuellement de grandes performances de la part de Christian Penilla (deux buts samedi). Les «Reds» ont eux aussi des pépins avec les blessures et le lendemain de veille de la Ligue des champions semble se poursuivre. En tout cas, ça semble difficile pour l’émotif Sebastian Giovinco, gratifié d’un rouge, samedi, à la suite d’un geste douteux.

 

 

Mais ils seront des éliminatoires à l’automne. Garanti.

Les Whitecaps, pour leur part, on dû se contenter d’un nul à domicile, vendredi, contre le Dynamo. Gros merci à Kendall Waston qui a sauvé le derrière de Vancouver dans les arrêts de jeu. Le Costaricain est l’un des meilleurs arrières de la MLS. Les Whitecaps occupent néanmoins une respectable cinquième place dans l’Ouest en vertu de leur récolte de 14 points en 11 sorties.

 

 

En bref

Le Crew, deuxième dans l’Est (12 matchs au compteur), est maintenant invaincu en cinq rencontres à la suite de son triomphe de 3-0 contre le Fire. Gyasi Zardes, auteur de deux buts dans ce match, en compte maintenant huit cette saison et partage le premier rang des buteurs dans la MLS avec le tout aussi dangereux Josef Martinez, d’Atlanta United.

Oh, et le Crew a blanchi ses trois derniers adversaires.

Bonne nouvelle pour les Earthquakes : leur séquence de défaites s’est arrêtée à sept (!!) grâce à une victoire de 3-1 obtenue au Minnesota. Dans la défaite, Christian Ramirez a néanmoins inscrit un fort joli but.

 

 

Le Real Salt Lake s’est maintenu au-dessus de la ligne rouge dans l’Ouest grâce à une victoire de 3-2 contre D.C. United, pour qui la vie est encore compliquée cette année. Le premier but du RSL était un bijou, avec le service de Joao Plata et le «finish» du jeune Cory Baird, ainsi que sa célébration, euh, originale.

 

 

Finalement, dans le 100e duel entre ces deux grands rivaux, les Timbers l’ont emporté 1-0 à domicile contre des Sounders qui peinent toujours à marquer. Seul buteur du match, Sebastian Blanco a célébré en allant porter un masque de «Chucky». D’accord.