Séries 2018

Les Capitals, un groupe spécial

Publié | Mis à jour

Les Capitals de Washington connaissent des séries éliminatoires comme l’organisation n’en avait pas connues depuis deux décennies en atteignant la finale de l’Association de l’Est. Et selon les probabilités, ils risquent bien d’avoir l’opportunité de disputer une quatrième série ce printemps.

En avance 2-0 dans leur série face au Lightning, les Capitals semblent avoir le vent dans les voiles. Et l’avance est d’autant confortable que la formation de la capitale américaine s’est imposée à deux reprises sur la patinoire de ses rivaux floridiens.Toutefois, évidemment, rien n'est joué.

Mais outre les résultats sur la glace, c’est un groupe uni, mené par son capitaine Alexander Ovechkin, qui semble affronter les aléas des séries éliminatoires.

«Quand je regarde les Capitals présentement, on dirait que c’est le début de saison pour eux, a souligné le journaliste de la chaîne TVA Sports Renaud Lavoie lors de l’émission Destination Coupe Stanley, lundi. Les joueurs sont hyperexcités au début de la saison. Quand ça va bien, tout le monde est content et tout le monde est en santé. Ça ne fait pas plus de 82 matchs que cette équipe a joués, on dirait que ça ne fait qu’une dizaine.

«Il y a beaucoup d’énergie et ça vient d’Alexander Ovechkin. Il est rendu un aimant pour cette équipe-là. Les joueurs sont autour de lui, ils veulent jouer pour lui et lui, aussi, on sent qu’il veut amener beaucoup d’énergie à son équipe. Qu’il est en mission présentement.»

Le secret des Capitals semble non seulement être un esprit d’équipe hors norme, mais également une bonne dose de plaisir.

«Ça fait 25 ans que je couvre les activités de la Ligue nationale de hockey et il y a une chose qui est claire, je n’ai jamais vu un groupe comme celui-ci, a continué Lavoie. Ce que je veux dire, c’est qu’il y a des clubs qui sont en mission, par exemple les Penguins de Pittsburgh au cours des deux dernières années, qui ont gagné des coupes Stanley avec des joueurs qui sont très concentrés. Cette fois, on sent qu’on a du plaisir, que le bonheur est vraiment dans le vestiaire.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.