Séries 2018

Les Golden Knights créent l’égalité dans la finale de l’Ouest!

Agence QMI / Jean-François Chaumont 

Publié | Mis à jour

Il ne faut jamais parier contre les Golden Knights de Vegas. Ils ont un don pour déjouer les pronostics. Le bébé des 31 équipes de la LNH a rapidement rebondi dans cette finale de l’Ouest en triomphant des Jets 3-1 lors du deuxième match, hier, au Bell MTS Centre.

Cet affrontement était présenté à TVA Sports. 

À voir : Sommaire

Les Golden Knights ont du caractère. Beaucoup de caractère. Et ils n’ont peur de personne. À la veille de ce deuxième match, William Karlsson, Marc-André Fleury et Reilly Smith avaient rappelé que cette équipe aimait se retrouver dans le rôle de David contre le géant Goliath.

«C’est l’histoire de notre saison, personne ne croit en nous depuis le début, avait dit Karlsson. Les gens ne croyaient pas plus en nous pour le début des séries. Et je crois que c’est la même chose avec un retard de 1 à 0 contre les Jets en finale de l’Ouest. C’est parfait d’être dans la peau des négligés.»

Maintenant à égalité 1 à 1 dans cette série, les Jets auront intérêt à se méfier de la bande à Gerard Gallant. Les Kings de Los Angeles et les Sharks de San Jose n’ont jamais réussi à ralentir les rapides Knights. Mais les Jets ont plus de talent et de profondeur que les deux formations californiennes.

Le bruit des criquets...

«Ce n’est pas compliqué, c’est le plus gros match de l’année pour nous.» Jonathan Marchessault avait fait cette déclaration à quelques heures de cette deuxième rencontre à l’intérieur du Winnipeg Whiteout.

Marchessault savait que l’enjeu était grand et il a joué un match remarquable. Il a animé l’attaque des siens toute la soirée avec deux buts, mais aussi huit tirs.

L’ancien des Panthers de la Floride a marqué le deuxième but des siens en première période. L’ailier droit a profité d’un revirement de Kyle Connor, provoqué par l’acharnement de Reilly Smith, pour déjouer Connor Hellebuyck sur une échappée.

Freiner les canons

Avec un pointage de 2 à 1 à mi-chemin en troisième période, Marchessault a porté le coup d’assommoir aux Jets en inscrivant son deuxième but après une autre passe de Smith.

«Il n’y a rien de dérangeant avec la foule à Winnipeg, je pense plus que c’est motivant, avait dit Marchessault en matinée. C’est encore plus agréable de marquer sur la route qu’à la maison. Quand tu as la chance de faire taire les spectateurs et d’entendre des bruits de criquets, c’est vraiment le fun.»

Sur le plan défensif, les Golden Knights ont trouvé une façon de museler les deux premiers trios des Jets. Ça tient pratiquement de l’exploit. Nate Schmidt et Brayden McNabb ont fait un très bon boulot contre l’unité de Mark Scheifele, Blake Wheeler et Connor.

Mais encore une fois, celui avec les grosses jambières a fermé la porte. Fleury a repoussé 30 des 31 tirs des Jets pour obtenir sa neuvième victoire. Il a perdu son jeu blanc en troisième période sur un but de Connor en supériorité numérique.

Gerard Gallant a également eu la main heureuse en réinsérant dans sa formation Tomas Tatar. Le Slovaque, acquis à un fort prix à la date limite des transactions, a inscrit le premier but du match. C’était son premier des séries à son cinquième match.

Une grande trappe

Jonathan Marchessault venait tout juste d’avertir Marc-André Fleury en lui glissant à l’oreille qu’il était mieux de dire de bons mots à son sujet.

Fleury devait répondre à une question assez simple. Le gardien des Golden Knights avait comme mandat de décrire le caractère de son coéquipier qui avait dit la veille que son équipe devait absolument gagner cette deuxième rencontre et que son trio devait mieux jouer.

«C’est un gars qui a un peu une grande trappe des fois, mais il passe de la parole aux actes, a répondu Fleury avec son éternel sourire. Il travaille toujours fort. Il a été important pour nous toute la saison. Il était honnête quand il répondait à vos questions. Pour lui, il n’y avait pas d’autres alternatives ce soir que de connaître un gros match et d’obtenir une victoire.»

Marchessault a pris l’attaque des siens sur ses épaules avec deux buts et huit tirs. Il y a une complicité incroyable entre William Karlsson, Reilly Smith et lui.

«Je crois que c’était un bon match, c’était une rencontre importante pour le groupe, a dit Marchessault. Comme attaquant, notre effort au dernier match était bon, mais pas assez bon. Je joue avec deux bons joueurs et je désirais élever mon jeu. Je suis satisfait de ma rencontre.

«C’est parfois un meilleur sentiment quand tu marques sur la route plutôt qu’à la maison, a-t-il poursuivi. Je pense que c’était de beaux efforts de mes coéquipiers sur mes deux buts. Ils ont travaillé fort tout le match. J’ai juste été capable de placer la rondelle derrière le gardien. Je suis heureux du travail de notre équipe ce soir.»

Un message fort

Les Golden Knights partiront maintenant pour Vegas avec le sentiment du devoir accompli. Ils ont soutiré une victoire dans la marée blanche de partisans des Jets.

«Nous avons prouvé au monde du hockey que nous méritons d’être ici, a lancé Marchessault. C’est la plus grande force de notre équipe, a-t-il continué. Nous ne sommes jamais satisfaits. Après une victoire ou une défaite, nous rechargeons nos batteries et nous regardons pour le match suivant. C’est une belle qualité pour une équipe de hockey.»

En conférence de presse, Gerard Gallant a précisé que David Perron n’avait pas été rayé de la formation. Le Québécois ne se sentait pas assez bien pour affronter les Jets. Il devrait être de retour à son poste lors de la troisième rencontre.