SPO-HKO-HKN-ST.-LOUIS-BLUES-V-VEGAS-GOLDEN-KNIGHTS

Crédit : AFP

Séries 2018

Jonathan Marchessault : merci aux Panthers!

Publié | Mis à jour

« Jonathan représentait la meilleure aubaine de la Ligue nationale de hockey [LNH], un marqueur de 30 buts à un salaire de moins de 1 million $. Je n’ai jamais compris le choix des Panthers. Mais c’était tant mieux pour nous!»

Dans le minuscule vestiaire de l’équipe adverse au Bell MTS Centre de Winnipeg, le défenseur Nate Schmidt a parfaitement décrit la gaffe des Panthers de la Floride avec Jonathan Marchessault.

À Las Vegas, Marchessault n’a jamais ralenti. Il a prouvé qu’il ne surfait pas sur la vague d’un Aleksander Barkov avec les Panthers de la Floride en reproduisant une autre saison du tonnerre dans la Ville du vice. Le petit ailier droit a terminé l’année avec 75 points (27 buts, 48 mentions d’aide) en 77 rencontres. Depuis le début des séries, il a maintenu un rythme encore plus élevé avec 13 points (4 buts, 9 aides) en 11 matchs.

«À mon arrivée à Vegas, j’ai retrouvé des coéquipiers qui partageaient la même motivation, a expliqué Marchessault. Nous étions tous des joueurs exclus du noyau de nos équipes précédentes. Quand tu es un joueur de hockey, tu veux jouer pour une organisation qui croit en toi et qui te désire réellement. Nous avons tous saisi nos chances.»

Aucune rancune

Marchessault reste très serein par rapport à la décision des Panthers lors du repêchage d’expansion.

«Oui, j’ai été surpris de ne pas être protégé, a-t-il rappelé au "Journal de Montréal". Mais dès le départ, j’ai été surpris par leur stratégie de protéger quatre attaquants, quatre défenseurs et un gardien. Mais malgré ça, je pensais être l’un des quatre attaquants. Je croyais faire partie du noyau, mais ce n’était finalement pas le cas. Quand j’ai appris qu’ils ne me protégeaient pas, je souhaitais me faire réclamer par Vegas. C’est ce qui est arrivé.»

«Je n’ai pas eu un long moment de frustration. Je trouvais plus ça bizarre comme décision. Ils ont fait des choix. Je respecte ça. Je n’ai pas de rancune contre les Panthers et j’ai gardé de bons liens avec plusieurs joueurs.»

Les Panthers auront préféré protéger un attaquant comme Nick Bjugstad et des défenseurs comme Alex Petrovic, Mark Pysyk et Keith Yandle...

Trois joueurs, une complicité

Avec les Golden Knights, Marchessault forme l’un des bons trios de la LNH avec William Karlsson et Reilly Smith.

«Quand tu les regardes jouer et que tu les vois sur le banc, tu comprends qu’ils n’ont pas besoin d’un million de mots pour se comprendre, a expliqué le joueur de centre Pierre-Édouard Bellemare. Tu t’attends à une complicité entre un Getzlaf et Perry ou un Giroux et Voracek, puisqu’ils jouent ensemble depuis plusieurs saisons, mais Jonathan, William et Reilly se connaissent depuis seulement quelques mois.»

Schmidt, un des meilleurs défenseurs des Golden Knights, a une très haute estime de Marchessault.

«Tu ne dois pas le dire à Jonathan, mais je crois qu’il restera encore une aubaine à 5 millions $ pour les six prochaines années, a prédit l’ancien des Capitals de Washington. J’avais déjà joué contre lui et je l’ai toujours trouvé intelligent comme joueur. Il a un sens du jeu incroyable. Les Panthers nous ont offert aussi un autre immense cadeau en nous échangeant Reilly Smith. Là, ils avaient besoin de libérer un plus gros contrat. En obtenant les deux, c’était tout simplement fou.»

«"Jo" n’a rien eu de gratuit dans la LNH et le hockey professionnel, a enchaîné Schmidt. Il a gravi les échelons tranquillement, au pic et à la pelle. J’ai beaucoup de respect pour lui.»

Selon diverses sources, George McPhee aurait parfaitement joué ses cartes avec les Panthers. Pour acquérir Smith et son salaire de 5 millions $ jusqu’à la fin de la saison 2021-2022, il aurait imposé comme condition à Dale Tallon de ne pas protéger Marchessault.

«Parfois, les organisations prennent des virages étonnants, a résumé Smith, qui n’a pas voulu confirmer cette information sans toutefois la nier. Nous sommes très heureux de nous retrouver ensemble et de vivre à Vegas. C’était bon pour nos carrières respectives.»

Les Panthers ont aussi congédié au mois de novembre 2016 Gerard Gallant. Quelques mois plus tard, il devenait l’entraîneur-chef à Vegas. Si McPhee représente l’architecte de cette 31e équipe de la LNH, Gallant est celui qui a donné une identité à ce groupe, misant sur la rapidité et la vitesse d’exécution.