Émile Samson

Photo : Émile Samson Crédit : DANIEL DOUCET/AGENCE QMI

LHJMQ

Tout un revirement de situation pour Émile Samson

Publié | Mis à jour

Dans le monde du hockey, les choses peuvent changer rapidement. Parlez-en à Émile Samson, le gardien de l’Armada de Blainville-Boisbriand, qui pas plus tard qu’en janvier était relégué au rôle de troisième gardien. Voilà qu’il est le gardien partant en finale de la Coupe du Président.

Lorsque rencontré quelques jours avant la date limite des transactions, le portier de 5 pi 8 po se voyait retourner dans la région de Québec pour défendre les couleurs des Dynamiques du Cégep de Sainte-Foy dans la Ligue collégiale de hockey.

«Je me disais que ce serait mieux pour mon développement d’être sur la glace et de jouer que d’être dans les gradins, a indiqué Samson. C’est sûr que si tu m’avais dit aux Fêtes que c’était pour virer comme ça, je n’y aurais pas cru, mais là je profite du moment présent.»

Tout a déboulé quand l’Armada a libéré le gardien Francis Leclerc, récipiendaire du trophée Jacques-Plante remis au gardien ayant maintenu la meilleure moyenne de buts alloués, lors de la saison 2016-2017.

Selon l’entraîneur des gardiens de la formation laurentienne, l’attitude du jeune homme lors de cette période plus difficile a démontré de quel bois il se chauffait.

«Il était toujours souriant, il a aidé à remplir l’autobus et sortir l’équipement, mais quand il pratiquait, il donnait tout ce qu’il avait. Il ne disait pas un mot et il travaillait fort.»

Samson a pris la pole vers la fin du mois de janvier et il l’a conservée. Avant le revers de 4-0 subi lors du deuxième match de la finale, le portier de 18 ans n’avait pas encaissé de défaite en temps régulier depuis le 10 décembre, soit en 29 matchs.

Duel improbable

Bien malin celui qui aurait pu prédire à la fin du mois de décembre que le duel de gardiens de la finale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec opposerait Émile Samson à Evan Fitzpatrick.

Le premier était dans les gradins en tant que troisième portier, tandis que le second portait les couleurs du Phoenix de Sherbrooke, une formation en phase de reconstruction.

L’opportunité s’est présentée à lui, le 2 janvier alors qu’il a été échangé au Titan d’Acadie-Bathurst en retour de Riley Pickard.

«À Sherbrooke, l’organisation n’avait pas la finale en tête, mais quand je suis arrivé ici, tous ne pensaient qu’à la victoire et à la finale. J’ai vraiment apprécié mon temps passé à Sherbrooke, mais d’arriver à Bathurst ça a vraiment aidé à ma confiance. C’est vraiment le meilleur moment de la saison et je ne pensais (au début de l’année) pas avoir l’occasion de vivre ça.»

Un seul d’entre eux sera d’office quand la Coupe Memorial débutera le 18 mai prochain à Regina, en Saskatchewan.