Séries 2018

Les Jets en finale de l’Ouest

Publié | Mis à jour

Il n’y aura pas de marée humaine sur Broadway cette année. L’artère principale de Nashville, qui avait vécu au rythme des Predators jusqu’à la mi-juin l’an dernier, retrouvera cette fois sa vocation principale: celle de battre la mesure au son de la musique country.

Les Predators se sont inclinés au compte de 5 à 1 devant les Jets de Winnipeg, jeudi soir, au Bridgestone Arena. Un revers signifiant la fin des émissions pour la troupe de Peter Laviolette, championne du calendrier régulier.

Les Predators auront chèrement vendu leur peau, eux qui, trois jours plus tôt, étaient parvenus à pousser cette demi-finale d’association à la limite.

Grâce à ce gain, les Jets, qui n’avaient terminé la saison qu’à trois points des Predators, atteignent le troisième tour pour la toute première fois de leur histoire. Même la version originale n’y était jamais parvenue.

Sur leur route, ils croiseront les Golden Knights de Vegas, tombeurs des Sharks de San Jose en six matchs.

Puisque la finale de l’Association de l’Ouest se mettra en branle demain à Winnipeg, Marc-André Fleury et ses coéquipiers auront pratiquement bénéficié d’une semaine complète de repos.

Courte soirée pour Rinne

Depuis le début des séries éliminatoires, Pekka Rinne a démontré qu’il était capable du meilleur comme du pire. Or, on dirait que le pire est souvent survenu devant ses partisans.

Après avoir repoussé les 34 tirs des Jets pour provoquer la tenue de ce match ultime, le gardien finlandais s’est écroulé en accordant deux buts sur sept tirs. Tant la frappe de Tyler Myers que celle de Paul Stastny, sur le premier de ses deux buts, auraient dû constituer un arrêt de routine.

Même s’il n’y avait qu’un peu plus de 10 minutes d’écoulées en première période, Laviolette n’a pas hésité à retirer son gardien partant au profit de Juuse Saros.

Le gardien finlandais s’est donc fait sortir d’un match pour la troisième fois de cette série. Trois fois à domicile ! En quatre matchs au Bridgestone Arena, face aux Jets, Rinne a conservé un taux d’efficacité de ,848 et une moyenne de buts alloués de 4,89.

On parle d’un finaliste pour l’obtention du trophée Vézina...

Constamment en attaque

Avec l’avance, les Jets ont mis en pratique le vieux principe qui veut que la meilleure défense soit l’attaque. Ils ont appliqué une pression constante sur les Predators. Ceux-ci, éprouvant toutes sortes d’ennuis à sortir de leur territoire, n’ont dirigé que six tirs sur Connor Hellebuyck en deuxième période, dont seulement deux au cours des 17 premières minutes.

Appelé en renfort, Saros a effectué quelques bijoux d’arrêt, dont deux à bout portant sur Stastny et Bryan Little. Cependant, l’homme masqué de 23 ans a été impuissant devant le tir décoché sur réaction de Mark Scheifele.

Un dur coup pour les Predators et leur bruyante foule.

Une première en 35 ans

Dans le camp des perdants, P.K. Subban a fait bouger les cordages pour la quatrième fois des séries. Ces quatre buts, marqués avec l’avantage d’un homme, l’ont été aux dépens des Jets de Winnipeg.

L’ancien joueur du Canadien est ainsi devenu le premier défenseur depuis Paul Reinhart, en avril 1983, à inscrire quatre buts en supériorité numérique contre la même équipe. L’arrière des Flames avait réalisé l’exploit face aux Oilers d’Edmonton.

Toutefois, Reinhart n’avait eu besoin que de cinq rencontres. Il avait également ajouté un but en infériorité numérique.

Scheifele a ajouté le cinquième but des siens dans un filet désert.