Impact

L'Impact se brûle en fin de match

Agence QMI / Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

L’Impact est venu bien près de soutirer un point au Fire de Chicago, mais s’est finalement avoué vaincu 1 à 0 grâce à un but de Kevin Ellis à la 89e minute de jeu, mercredi soir.

Ellis est trop facilement sorti du coin gauche pour revenir dans la surface et décocher un tir qui a dévié sur Samuel Piette, laissant Evan Bush sans solution.

Ce match était présenté à TVA Sports. 

À voir : Sommaire

Les deux équipes se sont livré un match très serré et défensif où les erreurs offensives ont été très nombreuses de part et d’autre.

C’est à croire que tout le monde jouait pour obtenir le verdict nul plutôt que la victoire. Pas étonnant que le Fire n’ait pas une fiche reluisante au Toyota Park.

On a d’ailleurs annoncé une foule de 10 067 spectateurs, mais on peut vous assurer que c’était nettement inférieur. On soupçonne que c’est plutôt le nombre de jambes et qu’il y avait un unijambiste dans l’assistance.

Bonne défense

Rémi Garde s’est dit déçu pour ses joueurs d’autant plus qu’ils ont été très efficaces défensivement.

«Je suis déçu pour les joueurs parce qu’ils ont fait beaucoup d’efforts et ils ont respecté pas mal les consignes.

«Pendant 88 minutes, on a bien défendu, on était disciplinés et structurés, on l’a pas été une seule fois et on l’a payé cash.»

Garde a par ailleurs été très clair quant aux rumeurs qui amènent Fernando Torres chez l’Impact : «Je pense qu’il faut l’oublier sincèrement, vraiment.»

Jeu mou

On a eu droit à une première demie particulièrement soporifique jouée en toute confidentialité dans un Toyota Park sans ambiance.

Même si le Fire a largement dominé la possession de balle, c’est surtout l’Impact qui a eu des occasions de marquer.

Mais chaque fois, une passe molle ou mal calibrée est venue mettre un terme à ce qui semblait être une chance en or.

«On a eu des opportunités, surtout en première période. Ils n’ont pas été spécialement dangereux», a analysé Garde.

Ainsi, Ignacio Piatti, Anthony Jackson-Hamel et Alejandro Silva ont tous obtenu de bonnes chances qui sont mortes à quelques mètres du but adverse.

Il faut dire que Piatti a eu Mo Adams dans les pattes toute la soirée et que le milieu du Fire a fait un très bon boulot pour couvrir Nacho.

Alerte

Le Fire s’est lentement mis en marche, et il aura fallu attendre une bonne trentaine de minutes avant qu’il cause réellement des dommages en territoire montréalais.

Aleksandar Katai est venu bien près de briser l’égalité quand il a frappé le poteau droit. Bien positionné, Daniel Lovitz a été en mesure de dégager sur la ligne des buts le tir qui a suivi sur le retour du poteau.

Sinon, Chicago s’est affairé à pilonner le côté droit montréalais alors que Michael Petrasso s’est trouvé en retard à plus d’une occasion.

Mais le bloc montréalais a plutôt bien résisté aux assauts adverses et le retour de Rod Fanni n’y a certainement pas été étranger.

Le vétéran de 36 ans a apporté de la sérénité au bloc défensif et y est allé de quelques petits bijoux pour éviter que son équipe ne se retrouve dans le pétrin.

► L’Impact disputera son prochain match samedi alors que l’Union de Philadelphie sera le visiteur au Stade Saputo.