LHJMQ

Les unités spéciales sourient au Titan

Publié | Mis à jour

Vous avez lu et entendu souvent cet énoncé : les unités spéciales jouent un rôle déterminant dans les succès d’une équipe lors des séries éliminatoires.

Mardi soir au Centre régional K.C Irving, le Titan d’Acadie-Bathurst a marqué deux buts lors d’avantages numériques et un troisième durant un désavantage à la troisième période, pour vaincre l’Armada de Blainville-Boisbriand par le pointage 5-2.

Les Acadiens prennent donc les devants par 2-1 dans cette finale de la coupe du Président, une série au meilleur de sept parties. Les antagonistes remettront ça, ce soir, au «CRKCI».

«C’est un match à oublier. Nous devrons être meilleurs dans tous les aspects du jeu», a résumé le capitaine de l’Armada Alexandre Alain.

Un casse-rein

Bénéficiaire d’une relance de Justin Ducharme qui venait de bloquer une rondelle à l’aide de sa cheville, Samuel L’Italien a sapé le moral des visiteurs lorsqu’il a déjoué le gardien Émile Samson à 12 m 37 s de la troisième alors que le Titan évoluait à court d’un homme.

L’Armada a ensuite évolué brièvement à 5 contre 3, mais Evan Fitzpatrick a refusé d’entrouvrir la porte devant son filet.

German Rubtsov, Olivier Galipeau, Antoine Morand et Jeffrey Truchon-Viel ont enfilé les autres buts du Titan. Joël Teasdale et Alex Barré-Boulet ont marqué pour l’Armada, auteure d’un but en cinq essais en «AN».

Le but de Teasdale a stoppé à 105 m 11 s, la séquence sans but des Bas-Laurentiens qui avaient subi l’affront d’un blanchissage devant leurs partisans samedi.

«Il s’agit sans doute de notre pire match de la saison. N’avons n’avons pas été bons dans tous [les aspects]. Notre transition, c’était zéro pis une barre!», a décrété l’entraineur en chef de l’Armada Joël Bouchard.

«On a néanmoins démontré du caractère en comblant un déficit de deux buts. Leur but en fin de deuxième période nous a fait mal.»

Même si ses gros canons laissent le pas de tir à leurs rivaux de Bathurst, Bouchard s’est bien gardé de pointer un doigt accusateur. «Je ne me tournerai pas contre mes joueurs. Ce sont des jeunes intelligents. Puis, je ne suis pas découragé ni abattu.»

Un relâchement nocif

Certes heureux de la victoire, même s’il affichait la mine d’un homme dans la salle d’attente de son dentiste pour un traitement de canal à froid, l’entraineur du Titan Mario Pouliot a rappelé que ses protégés s’étaient égarés comme des brebis en changeant leur style de jeu.

«Nous avons connu un excellent départ et un bon début de deuxième période. Leur gardien a effectué de bons arrêts, puis on s’est éloigné de notre système face à un club qui compétitionne.»

«Nous sommes à notre mieux quand nous pourchassons la rondelle. Nous avons été efficaces dans les moments importants. Enfin, notre attaque à cinq a compté à la suite de très beaux jeux», a analysé Pouliot.

Antoine Morand a de nouveau été la bougie d’allumage du Titan, à l’aide d’un but, des mises en échec et des tourbillons étourdissant en zone ennemie.

«On voulait sortir forts devant nos partisans. Avec une priorité de 2-0, nous sommes devenus trop fancy. Face à une équipe comme l’Armada tu ne peux rien leur donner, car elle capitalise sur toutes les chances», a dit Morand.

Zone de turbulences

Lundi, l’Armada est arrivée en Acadie par la voie des airs. Mardi, en début de match, la troupe de Joël Bouchard a frappé une zone de turbulences beaucoup plus sévère! Durant un tourbillon orchestré par Antoine Morand, le Titan a pris d’assaut la cage défendue par Émile Samson sans réussir à faire scintiller la lumière rouge.

À mi-période, Drake Batherson a été sanctionné pour rudesse et trente secondes plus tard, German Rubtsov changeait la trajectoire d’un tir percutant de Noah Dobson pour faire 1-0 Titan.

Question de changer l’air du temps, le défenseur de l’Armada Aleski Anttalainen a estampé Jordan Maher contre la rampe. «Boum!», a-t-on entendu dans tous les recoins de l’aréna.

En fin de période, le Titan profité d’une autre supériorité numérique pour doubler son avance. À nouveau, Dobson s’est avancé jusqu’au haut du cercle pour canarder le gardien Samson. Embusqué à la droite de la jeunesse masquée, Olivier Galipeau a bondi sur le rebond pour faire 2-0.

Samson sauve la mise

Les locaux ont pris d’assaut le territoire ennemi dès les premières secondes de la deuxième période. Rubtsov a été frustré par la mitaine de Samson puis Mitchell Balmas s’est ensuite buté contre les jambières du petit gardien.

Durant une infraction purgée par Dobson, l’Armada a été surprise avec trop de patineurs sur la glace.

Avec Michal Ivan au cachot, l’Armada a freiné sa séquence sans but à 105 minutes, 11 secondes.

Joël Teasdale, campé près du demi-cercle de Fitzpatick, n’a eu qu’à balayer la rondelle au fond du but.

Quatre minutes plus tard, Charles-Antoine Giguère a profité d’une erreur d’assignation défensive du Titan pour refiler le disque à Alex Barré-Boulet qui pointait dans l’enclave et son lancer fut imparable pour le gardien des locaux.

L’Armada avait le vent dans les voiles, mais avec 33 secondes à égrener à l’engagement, Antoine Morand, nourri à la petite cuiller d’argent par Adam Holwell, a garnotté sur réception pour semer la joie dans les gradins. Enfin, à l’exception de la section 9, où les partisans de l’Armada étaient regroupés.