Crédit : MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Lutte

Kevin Owens célèbre ses 34 ans à Raw, sa deuxième maison!

Kevin Owens célèbre ses 34 ans à Raw, sa deuxième maison!

Patric Laprade

Publié 07 mai
Mis à jour 07 mai

Le 7 mai est une date importante pour Kevin Owens. Il est né le 7 mai 1984. Son idole Owen Hart, l’inspiration derrière le prénom de son garçon et de son nom de lutte, était né un 7 mai. Il a fait ses débuts dans la lutte professionnelle le 7 mai 2000. Et ce soir, le 7 mai 2018, il sera à Monday Night Raw pour la première fois le jour de son anniversaire.

«Toutes les années, autour du 7 mai, il se passe quelque chose de spécial, a raconté Owens lorsque je l’ai rencontré lundi dernier. J’ai gagné le championnat de Ring of Honor le 12 mai. Deux ans plus tard, encore le 12 mai, j’ai reçu mon offre officielle de la WWE. J’ai fait mes débuts à Raw le 18 mai. Je fais mon premier enregistrement télé à Montréal une semaine avant. On dirait vraiment qu’il se passe tout le temps quelque chose autour de cette date-là.»

Kevin Owens, né Steen, a d’ailleurs eu une grosse journée lundi dernier lors de sa visite à Montréal.

Dans un premier temps, il a fait plus de 30 heures de vol pour aller (et revenir) à Djeddah en Arabie Saoudite la fin de la semaine qui précédait Raw à Montréal. Contrairement à toute la controverse entourant cet événement, c’est une expérience dont il se souviendra longtemps pour les bonnes raisons.

«Je ne me sentais pas différent que lorsqu’on fait un show ailleurs, a expliqué l’athlète de Marieville. La foule était excitée. Tu regardais dans les estrades et les fans avaient des chandails de Braun Strowman, de John Cena et de Roman Reigns comme quand on est aux États-Unis. La seule différence c’est qu’au parterre c’était des gens en habit traditionnel d’Arabie Saoudite. Mais avec la scène et le stade c’était une production digne de WrestleMania. C’est un show qu’on va se rappeler toute la gang pendant un bout.»

Puis, après être revenu tard samedi soir chez lui en Floride et avoir passé un peu de temps en famille, il est arrivé à Montréal aux petites heures du matin lundi, alors que son vol a eu trois heures de retard. Néanmoins, après seulement quelques heures de sommeil, il était dans les studios de TVA pour faire pas une, pas deux, mais cinq entrevues. Malgré tout cela, il a pris 10 minutes de son temps pour rencontrer un petit garçon trisomique dont l'ami du père était entré en communication avec moi. Un fan de lutte et de Kevin en particulier, il avait une réplique du titre Universel et une figurine à lui faire signer. Je n’oublierai jamais le sourire de ce petit garçon à sa sortie des studios. Un moment magique qu’il n’oubliera pas de sitôt.

Dans la lignée des Robert, Rougeau et Bravo

Après s’être reposé un peu, il a fait une autre entrevue avant de s’en aller au Centre Bell pour 14h, l’heure d’arrivée des lutteurs et lutteuses la journée d’un enregistrement. Même s’il était debout depuis 6h du matin, c’est là que sa journée de travail a vraiment débuté. On l’a sollicité pour des promos et des entrevues avec des partenaires d’affaires. Il a dû prendre connaissance de ce qu’il devait faire ce soir-là, régler des situations, donner son avis. Il a couru à gauche et à droite pendant des heures, pris le temps de manger un peu et s’est préparé pour le grand moment. Il savait que quelques minutes après 20h, il traverserait les rideaux et serait accueilli en héros par la foule qui attendait ce moment depuis trois ans. Il l’avait vécu lors d’événements non-télévisés, la réaction devrait être encore plus forte cette fois-ci.

Il a fait la une du Journal de Montréal la veille, des entrevues à la pelletée le matin de l’événement, il s’en met beaucoup sur les épaules.

«Je me sens un peu comme si c’était mon show. Les assistances augmentent depuis ma première fois au Centre Bell. De voir la foule grandir à toutes les fois au point où ils ont amené Raw et SmackDown à Montréal c’est spécial.»

Et la foule le lui a bien rendu. Owens a eu la plus grosse ovation de la soirée. C’était électrisant! Pour quelqu’un qui l’a vu lutter devant moins de 100 personnes à 20 minutes du Centre Bell, j’en avais la chair de poule. J’ai vraiment l’impression qu’une fois sa carrière terminée, on parlera de lui comme un des lutteurs les plus populaires de l’histoire du Québec, dans la lignée des Yvon Robert, Johnny Rougeau et Dino Bravo.

«C’était vraiment spécial. Ça faisait longtemps que j’attendais d’avoir une émission télévisée au Centre Bell, a dit Owens en entrevue avec le collègue Raymond Rougeau dimanche dans les coulisses de l’événement Backlash. C’était pas juste pour moi, c’était pour Sami aussi. Ce qui était encore plus cool c’est que oui j’ai eu une réaction fantastique, et Sami également, mais la foule était fantastique pour tout le monde. La foule de Montréal a vraiment montré qu’on a les meilleures fans du monde. Je le savais déjà, je suis content que la WWE le sache maintenant.»

Parlant de Backlash, on a pu voir une fois de plus que la relation entre Kevin et Sami n’est toujours pas au beau fixe. S’ils ont été aux antipodes depuis l’arrivée d’Owens à la WWE, la fin de l’année 2017 a marqué un changement d’attitude chez Zayn, unissant sa destinée à celle de son ami de longue date.

Amis. Ennemis. Amis. Ennemis. À Raw comme à SmackDown. C’est presqu’aussi pire que Dodo et Denise!

«Ça ne finira jamais!» s’est exclamé Owens.

« Il y a bien des gens qui voient Sami comme ça pour la première fois, moi ça fait 15 ans que je le vois de même, a-t-il ajouté, en riant. Je suis juste content que les autres voient ce que j’ai enduré tout ce temps-là!»

Un gars de Raw à SmackDown

À pareille date l’an dernier, Owens faisait ses débuts à SmackDown Live. Une année en dents de scie pour Owens, une année où il ne s’est jamais senti à sa place. De la façon qu’il explique son retour à Raw, c’est comme s’il revenait à la maison.

«Ça a été un gars de Raw qui a été à SmackDown pendant un an, a-t-il avoué. Je n’ai jamais été un gars de SmackDown. Je ne me suis jamais senti chez nous à SmackDown. Je suis content d’être revenu à Raw. J’ai comme un sentiment d’appartenance avec Raw. Quand est arrivé le "brand split", c’est à Raw que je me suis retrouvé alors je pense que mon sentiment vient de là. J’ai fait mes débuts à Raw avec John Cena. J’écoutais Raw quand j’ai commencé à suivre la lutte plus jeune. On aurait dit que j’étais dépaysé à SmackDown et je n’ai jamais été capable de m’en remettre on dirait. Il y a des gars qu’on associe plus à Raw ou d’autre plus à SmackDown. Moi je m’associe à Raw.»

Owens lié à la WWE pour cinq autres années

Si certains voient sa défaite à Montréal ou à Backlash comme un signe de désaveu envers le Québécois, ne vous laissez pas tromper par les scénarios, la place de KO est bien solide dans l’univers de la WWE. Il est de tous les Raw, il était un des rares choisis pour un match à l’événement spécial de dimanche, il fait partie de la tournée en Europe et on a même pu le voir dans une publicité pour les figurines de la WWE.

«Si tout va bien je ne vois pas pourquoi je ne finirais pas ma carrière avec la WWE, a expliqué l’ancien champion Universel. Je viens tout récemment de signer un nouveau contrat de cinq ans avec eux. Je n’ai pas l’intention d’aller nulle part mon contrat va se terminer. Si la WWE veut continuer, si je veux continuer et si ma famille est prête à ce que je continue, je ne vois pas pourquoi ça ne se ferait pas.»

Marié et père de deux enfants, il sera à l’aube de la quarantaine quand ce contrat sera terminé. S’il décidait d’arrêter sa carrière active, Owens aurait tous les atouts requis pour être commentateur ou agent, lui qui est excellent au micro et qui est l’une des meilleurs têtes de lutte que j’ai eu la chance de rencontrer. Mais en cette journée de ses 34 ans et après 18 ans de carrière, lorsqu’il prend le temps de penser à ce qu’il a accompli, Owens en ressort fier et content.

«Si ça se terminait demain, je serais très satisfait avec la carrière que j’ai eue comme lutteur professionnel.»

Un PPV à Montréal?

Plusieurs me demandent si, avec le succès qu’ont eu les deux événements présentés à Montréal lundi et mardi dernier, on peut s’attendre à ce que la WWE produise un événement spécial (PPV) au Centre Bell.

Bien honnêtement, les chances sont minces.

Il faut comprendre que bien que les assistances de 13 500 pour Raw et 8900 pour SmackDown Live sont plus importantes que la moyenne de ce que fait la WWE habituellement, ce sont les recettes qui comptent en bout de ligne. Et à ce niveau, puisque le prix des billets n’est pas augmenté en conséquence, la WWE, à cause du taux de change, perd environ 30% lorsqu’elle se produit au Canada. De plus, le nombre d’événements spéciaux vient de réduire et jusqu’à WrestleMania 35, les endroits de ces événements sont déjà choisis.

Historiquement, en incluant celui de dimanche, la WWE a présenté 353 événements spéciaux. De ce nombre, seulement 14 ont été présentés au Canada ou si vous aimez mieux 4% du total. De ces 14, cinq ont eu lieu à Toronto, trois à Montréal : Survivor Series en 1997, No Way Out en 2003 et Breaking Point en 2009. Depuis Breaking Point, le Canada a été l’hôte d’un seul autre événement du genre, soit Survivor Series à Toronto en 2016. Alors on peut toujours espérer, mais ce ne serait pas avant la deuxième moitié de l’année 2019. En attendant, il est bien plus probable de voir le retour de Raw à Montréal d’ici la fin de l’année.