Séries 2018

Ovechkin peut crier: «E-N-F-I-N!»

Publié | Mis à jour

Ce ne fut pas une mince tâche, mais les Capitals sont finalement parvenus à dompter leur bête noire.

Un but d’Evgeny Kuznetsov, inscrit sur une échappée à 5 min 27 s de la prolongation, a permis aux représentants de la capitale fédérale de l’emporter 2-1 et, ainsi, d’éliminer les Penguins de Pittsburgh en six rencontres.

À VOIR : Sommaire | Tableau des séries

C’est la première fois au cours des huit dernières confrontations que les Capitals parviennent à montrer la porte de sortie à leurs éternels rivaux. La seule fois où les Capitals avaient réussi à écarter les Penguins de leur route, c’était lors du premier tour des séries de 1994.

Le soupir de soulagement qu’a poussé Alex Ovechkin, auteur d’une mention d’assistance sur le but gagnant, voulait tout dire.

«Nous avons enfin réussi à les battre. Je suis heureux. Ça fait tellement du bien», a déclaré le capitaine des Capitals, qui avait vu le parcours de son équipe s’arrêter à trois reprises devant les Penguins.

Fait inusité, les Penguins avaient chaque fois poursuivi leur route jusqu’à la conquête de la coupe Stanley. D’ailleurs, pour la première fois depuis 2016, les séries éliminatoires couronneront de nouveaux champions.

Par ailleurs, c’est la première fois que les Capitals atteignent la finale de l’Association de l’Est depuis leur présence en grande finale de la coupe Stanley, en 1998.

«Enfin, je passe le deuxième tour», a lancé Ovechkin

Dans le top 10

L’unité de Kuznetsov n’a pas seulement réussi le but gagnant. Elle a également fait tout un travail pour neutraliser Sidney Crosby et Jake Guentzel. Au cours de ce match, les deux joueurs les plus dangereux des Penguins ont décoché un total d’un seul tir au but.

Un tir réalisé par le capitaine des Penguins avec seulement 2 min 30 s à écouler au troisième tiers, qui a bien failli se transformer en but gagnant.

Bien qu’il ait été tenu loin du filet, Crosby s’est tout de même inscrit à la feuille de pointage. En récoltant une passe sur le but de Letang, il s’est hissé au 10e rang des meilleurs pointeurs de l’histoire des séries éliminatoires.

Ses 185 points le placent maintenant sur un pied d’égalité avec Steve Yzerman.

Des nombrils verts

Cette victoire des Capitals est d’autant plus satisfaisante qu’ils étaient privés de trois des six joueurs qui forment habituellement leurs deux premiers trios.

Blessé à la main droite, Nicklas Backstrom a rejoint sur la passerelle Tom Wilson, qui purgeait le troisième et dernier match de sa suspension, et Andre Burakovsky, sur la touche depuis le début de la deuxième rencontre de la série précédente face aux Blue Jackets de Columbus.

Par conséquent, Barry Trotz devait miser sur cinq joueurs recrues, dont deux disputaient leur premier match de séries éliminatoires : Travis Boyd et Nathan Walker. Ce dernier a répondu à l’appel de belle façon puisqu’il fut à l’origine du but d’Alex Chiasson.

Blessé à une jambe lors de la série précédente, Evgeni Malkin n’a pas paru au sommet de son art au cours de ce match. Son coup de patin était moins puissant qu’à l’habitude et sa prise de décision laissait parfois à désirer.

Phil Kessel en est un autre qui semblait invisible. Auteur de huit passes depuis le début des séries, il n’a inscrit qu’un seul but. Ce qui ne ressemble en rien à la production qui avait aidé les Penguins à remporter les coupes Stanley de 2016 et 2017.

Et que dire de Carl Hagelin, auteur de seulement trois points ?