Destination Coupe Stanley AM

«Que du positif» - Charles Hudon

Publié | Mis à jour

L’attaquant des Canadiens de Montréal Charles Hudon voit d’un bon œil les changements apportés au personnel hockey de l’équipe, notamment, l’embauche de Dominique Ducharme, à titre d’adjoint à Claude Julien.

«Ça ne peut être que du positif, a souligné Hudon, vendredi, lors de l’émission Destination Coupe Stanley AM sur les ondes de TVA Sports. Dom, je l’ai connu avec Équipe Canada. C’est un entraîneur qui est vraiment demandant et qui donne beaucoup de lousse. Je suis vraiment content de le voir arriver avec les Canadiens. Mais, au-delà de ça, chaque joueur doit se regarder le nombril et on verra pour la prochaine saison.»

De plus, Hudon ne voit également que du positif dans le changement de garde chez le Rocket de Laval.

«Regardez Pittsburgh avec les Guentzel ou les Sheary, les gars qui n’ont pas nécessairement commencé l’année, mais quand ils sont arrivés après leur stage dans la Ligue américaine, ils étaient prêts pour la Ligue nationale, a commencé par dire Hudon. C’est là que ça commence. Sylvain a toujours fait une bonne "job" pratiquement avec tous les jeunes, mais oui, ça prenait du changement.»

De plus, Hudon a abordé un sujet tout autre au hockey. Un sujet très personnel pour lui.

À 17 ans, Hudon a vécu la tragédie de perdre son meilleur ami, frappé par une voiture alors que le conducteur était en état d’ébriété. Depuis, sa vie a basculé à jamais.

Chaque fois qu’Hudon marque un but, il fait sa célébration avec son ami Nicholas dans ses pensées.

Il était donc tout naturel pour Hudon de s’impliquer pour la cause de l’alcool au volant.

«Ça fait plusieurs années, depuis que j’ai perdu mon ami Nicholas, que tous mes buts lui sont dédiés, a confié Hudon. Sa mère m’avait demandé de faire un témoignage dans des conférences avec des jeunes avant leur bal de finissant. Je vais livrer mon témoignage et c’est la première fois que je vais en parler de cette manière.»

Hudon croit que même si ces jeunes n’ont que 16 ou 17 ans, il n’est jamais trop tôt pour être sensibilisé à cette cause.

«Il n’y a pas d’âge pour prendre des décisions comme ça, a continué Hudon. Tu peux sauver des vies. Si tu réalises que ton ami n’est pas en mesure de prendre sa voiture, tu sauves déjà des vies. Mais c’est évident qu’il leur faut un plan de match pour retourner chez eux. C’est de cette manière qu’il faut aider.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.