PIT-WAS

«Oshie n’est pas salaud» - Kristopher Letang

Publié | Mis à jour

Il y a toujours eu une grande rivalité entre les Capitals de Washington et les Penguins de Pittsburgh. C’est la guerre entre deux des meilleurs joueurs d’une génération, Sidney Crosby et Alexander Ovechkin. Mais il y a aussi d’autres luttes plus improbables.

Depuis le début de cette série, Tom Wilson avait ajouté plusieurs bûches dans un feu déjà brûlant avec plusieurs mises en échec douteuses. Suspendu pour trois rencontres pour son coup à la tête de l’ailier Zach Aston-Reese, Wilson n’était pas en uniforme pour ce quatrième match. Ça n’a pas empêché les deux équipes de se dire quelques mots doux à l’oreille.

Immédiatement après le but d’assurance de Jake Guentzel dans un filet désert, Kristopher Letang et T.J. Oshie ont laissé tomber les gants.

«J’ai demandé à Oshie s’il voulait y aller, a dit Letang aux journalistes de Montréal après la rencontre. Quand T.J. a remarqué que la rondelle venait d’entrer dans le filet, il a accepté mon invitation.»

Letang, qui n’a rien d’un bagarreur, s’est rapidement retrouvé au sol. Mais il n’y a pas eu de conséquences graves. Quelques secondes avant l’altercation, Oshie avait frappé le défenseur des Penguins avec un coude assez élevé.

«J’ai senti que c’était pas mal haut comme mise en échec, a répliqué Letang. Je le voyais patiner et je m’attendais à me faire frapper, mais pas aussi haut. Oshie n’est toutefois pas un cochon. C’est un joueur physique, mais il n’est pas salaud. Il y avait des émotions, il s’agit de choses qui arrivent à la fin d’un match.»

Letang ne s’était pas battu depuis le 20 décembre 2014.

Guentzel n’arrête pas

Letang a envoyé des fleurs à son coéquipier Jake Guentzel.

«Je ne suis pas surpris par sa production puisqu’il a fait la même chose en séries au printemps dernier, a mentionné le Québécois. Il amène tellement d’éléments à notre équipe. Il est un petit attaquant, mais il joue comme un gars de 6 pi 4 po et 230 lb. Il se dirige devant le filet, il fonce dans le trafic et il marque ses buts devant le filet adverse. Il se place le nez dans la merde, comme on peut dire. Il est récompensé pour son travail.»