Impact

Rémi Garde juge avoir été mal cité

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal, Rémi Garde, a fait ce qui semblait être une sortie un peu musclée à l’endroit de certains joueurs, mardi, mais il a tenu à corriger la façon dont ses propos ont été interprétés.

Voyez le reportage de Nancy Audet dans la vidéo, ci-dessus.

Il a notamment mentionné que ce qu’il voyait de Dominic Oduro et Anthony Jackson-Hamel ne suffisait pas pour justifier qu’ils obtiennent un départ ou plus de minutes. Il s’est également dit frustré par Raheem Edwards.

«Vous mettez beaucoup l’accent sur ce que j’ai dit, mais je répondais d’abord à une question : je ne me suis pas présenté devant les médias avec l’intention de déclarer quelque chose», a-t-il lancé jeudi avec un sourire.

«On aurait pu avoir la même situation il y a quelques semaines.»

Incompréhension

Garde s’est un peu emporté parce qu’il a l’impression d’avoir mal été cité dans certains médias.

«Je n’ai jamais dit que mes joueurs n’étaient pas assez bons, ce qui a été écrit. J’ai seulement dit que ce que je voyais à l’entraînement n’était pas assez bon, ce qui est très différent.»

«Certaines de mes réponses n’ont pas été bien traduites. Mon anglais n’est pas le meilleur, mais il est assez bon pour être traduit correctement.»

Pour lui, il est important que le message soit clair et bien interprété, car cela fait toute la différence.

«Quand ton enfant fait une erreur, tu ne lui dis pas que tu ne l’aimes pas parce que ça peut causer de gros dommages. Tu lui dis que tu n’aimes pas ce qu’il a fait, ce qui est très différent.»

Jouer comme on s’entraîne

Garde a réitéré qu’il n’avait pas besoin de faire de grandes déclarations dans les médias pour obtenir des résultats.

«Je n’attends pas de me présenter devant les médias pour obtenir une réponse [de mes joueurs]. Je veux seulement que les joueurs s’entraînent comme on doit le faire.»

«Ils savent qu’on joue le week-end comme un s’entraîne pendant la semaine.»

Rencontre instructive

Par ailleurs, l’instructeur et l’état major de l’Impact ont finalement rencontré Howard Webb, le directeur de PRO, qui supervise les officiels de la Major League Soccer (MLS).

Il y a quelques semaines, Garde avait indiqué qu’il voulait rencontrer Webb, car plusieurs choses n’étaient pas claires à ses yeux. Aussi, il semble que la rencontre ait porté fruit.

«C’était très instructif, a confié Garde. Ce qui est positif, c’est que dans toutes les situations où il y a de l’incompréhension, le dialogue est important et c’était très agréable de la part de Howard Webb de venir jusqu’ici, de pouvoir le rencontrer et échanger.»

«On a regardé un certain nombre de situations sur lesquelles on n’avait peut-être pas forcément le même avis et c’était constructif.»

Le cas Nguyen

Les partisans étaient nombreux à espérer que l’Impact mette la main sur le milieu de terrain Lee Nguyen, qui n’a pas joué un seul match pour le Revolution de la Nouvelle-Angleterre cette année.

L’équipe du Massachusetts a finalement envoyé son fabricant de jeu en Californie, l’échangeant au Los Angeles FC contre une montagne d’argent.

«Nguyen est un joueur très intéressant, mais ce n’était pas forcément quelqu’un après qui on était», a soutenu Garde.

Découvrant chaque semaine de nouveaux aspects de la MLS, celui-ci a réalisé qu’il n’était pas simple d’obtenir un joueur évoluant dans la même association que son équipe.

«Je découvre cette possibilité de recruter plus facilement dans l’autre conférence.»